Festival de Cannes à Paname - Kro

Publié le par UniqueMan

Festival de Cannes à Paname - Kro

http://fr.web.img5.acsta.net/r_160_240/b_1_d6d6d6/pictures/14/04/24/15/21/283431.jpgParler pour ne rien dire serait donc mon arme de prédilection ? Ce blabla incessant doit-il forcément se traduire par une écriture juchée de fautes d'orthographes ? La seule chose que je peux affirmer c'est que je ne peux pas vraiment faire autrement. En fait, si je peux, mais ça me fait mal, c'est plus simple de ne pas faire simple. Mais taisons-nous pour le moment, aujourd'hui nous avons un film à décortiquer. Un plan qui nous indique où sont les stars. Qui sont-elles ? David Cronenberg s'est-il réellement lancé dans une critique acerbe de l'industrie Hollywoodienne comme les échos foireux de Cannes laissent entendre ? Un film qui se passe à Hollywood avec des personnages détraqués oui, mais y a t-il seulement des milieux où les gens sont 100% saint d’esprit ? La finance ? Le sport ? La politique ? Peut-être dans l'équipe qui tient le bar "chez jean-miche muche" mais même là c'est loin d'être gagné.

Nous vivons dans un monde névrotique, c'est un fait, même les moines bouddhistes se la pètent avec des sacs Vuitton. Ce cher David nous dépeint ce joyeux monde depuis le début de sa filmographie, c'est peut-être même le roi des personnages torturés et des névroses en tout genre. Avant début il était masqué avec un voile presque transparent lui permettant d'affronter des sujets de société avec tact et poésie, le fantastique. Personnellement je suis profondément déçu par l'abandon de cet artifice délicat. De l'abandon aussi, petit à petit, d'une qualité visuelle ! Pardon mais ses deux derniers films sont tout simplement dégueulasse. C'est de plus en plus dépouillé, avec Cosmopolis il atteignait un point ultime dans ce minimalisme avec un film quasi intégralement tourné dans une voiture sur fond vert ! Chaud ! J'aime bien, dans l'idée, je suis pour tenter des expériences, j'aime avant tout les histoires mais pour moi le cinéma passe quand même beaucoup par l'image.

http://fr.web.img3.acsta.net/r_640_600/b_1_d6d6d6/pictures/14/04/22/15/15/084786.jpg

J'ai peut-être tord, sans doute, comment je pourrais me permettre d'attaquer David Cronenberg ? Puis après tout, il fait ce qu'il veut mais j'ai du mal à accepter ce manque d'attention à l'image. Malgré tout, en se concentrant sur ses personnages il arrive à nous embarquer dans des méandres psychologiques effroyables dignent des grandes tragédies grecques. Tour de force, oui, mais ça reste profondément ennuyeux et difficile d’accès. Mais malgré son austérité Maps To The Stars cache d'incroyables richesses, un condensé des névroses de son auteurs et un mélodrame d'envergure.

 

Merci. À demain.

Publié dans Festivals

Commenter cet article