Octobre

Publié le par UniqueMan

http://fr.web.img2.acsta.net/cx_160_213/pictures/15/06/12/17/18/261598.jpg  http://fr.web.img5.acsta.net/cx_160_213/pictures/15/09/03/15/38/066511.jpg http://fr.web.img4.acsta.net/cx_160_213/pictures/15/08/10/09/02/444339.jpg

En octobre, ils reviennent !

L'homme irrationnel : Woody revient avec son petit côté Hitchcock qu'il avait abandonné depuis 2007 avec le Rêve de Cassandre et ça fait plaisir ! Le film fonctionne bien, tout est formidablement orchestré. Joaquin Phoenix cabotine un peu trop mais ça passe bien. Agréable à regarder.

Crimson Peak : Guillermo revient à un style plus personnel que Pacific Rim, oui mais sans la poésie et l’alchimie incroyable de son magnifique Labyrinthe de Pan. Ici, il rend hommage à une genre un peu oublié, les romances, le gothiques, les maisons hantées ! Il le fait avec classe, plastiquement et formellement c'est magnifique mais l'exercice semble assez impersonnel. Le scénario n'est jamais surprenant mais si vous êtes fan du genre le plaisir ne se boude pas.

The Visit : Monsieur Nuit revient par la petite porte. Produit par le studio Blumhouse (ceux qui font Paranormal Activiy oui oui) et tourné en "found-footage". Au premier coup d'oeil ça ne donne pas du tout envie, surtout que les récents films de notre ami Shyamalan n'étaient pas bien foufous (Phénomènes, Le dernier maître de l'air, After Earth...). Vérdict ? C'est toujours pas foufou mais ça fonctionne, c'est assez simple et efficace. Dérangeant, drôle et flippant ! Un décalage humoristique assez bienvenu. Pas un grand film mais bien plus encourageant que ces dernières réalisations.

http://fr.web.img1.acsta.net/r_160_240/b_1_d6d6d6/pictures/15/09/08/15/20/305329.jpg http://fr.web.img2.acsta.net/r_160_240/b_1_d6d6d6/pictures/15/09/16/10/19/316779.jpg

Seul sur Mars : Ridley revient à la science-fiction après un Prométheus en demi-teinte (pour ne pas dire râté ?) avec un feel-good-movie sur la planète rouge. Surprenant et plutôt réussi Seul sur Mars est un bon divertissement. Mais je n'ai pas trop aimé. Je trouve que les enjeux se dispersent et j'aurai préféré quelque chose de plus contemplatif, plus réflexif aussi. Bref, je crois que je préfère le Ridley Scott un peu déprimé des premières heures.

Mon Roi : Maïwenn revient une nouvelle fois piquer sa crise de nerf. Son cinéma est de plus en plus abouti (plus adulte ?) et toujours aussi sensible, émotif, à fleur de peau. La direction d'acteur est toujours aussi brillante, le sujet est beau, lourd, vivant, fracassant. Une très bonne surprise pour moi.

Publié dans Bobine 2015

Commenter cet article