Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bonne Année 2016 mes chers lecteurs anonymes.

Publié le par UniqueMan

Bientôt dix ans mes bien chers amis que ce blog subsiste, persiste contre vents et marrées. Certaines mauvaises langues diront que c'est de l'acharnement (Mais d'où diable sortent ces mauvaises langues ? ). Est-il venu le temps du bilan ? De l’introspection ? Que nenni, c'est le moment présent qui nous importe. Que cette année 2016 soit belle, soit heureuse, soit démente, soit soyeuse,  magique, folle, surtout folle. Pour vous, pour tous, pour moi. Voici donc une vidéo échafaudée pour vous donner du pétillement dans le battement. Aimez-vous.

Publié dans Mes Créations

Partager cet article

Repost 0

Janvier

Publié le par UniqueMan

 http://fr.web.img6.acsta.net/cx_160_213/pictures/15/12/01/09/05/431755.jpg http://fr.web.img6.acsta.net/cx_160_213/pictures/16/01/04/12/29/497087.jpg

Les huits salopards : Nouveau Quentin Tarantino, nouvelle claque ! Autant ses précédents films ne m'avaient pas réellement surpris autant là ce thriller façon Reservoir Dogs à la sauce western dans la neige tournée dans un scope magnifique est vraiment détonnant ! Les personnages, l'ambiance, les dialogues, c'est fou et c'est un putain de kiff de voir un film qui prend son temps et qui refuse en bloque le cinéma actuel, effréné, numérique, insipide, remake, reboot et cie. C'est un fucking film à l'ancienne qui pose l'ambiance, qui s'attarde sur le paysage, les personnages, Tarantino nous embarque dans un univers d'un autre temps, le cinéma des années 70 tout en lui inculquant un panache salvateur. Allez-y, c'est long mais c'est bon !

Les chevaliers blancs :

Les Saisons :

Spotlight :

The Boy :

Les Premiers, Les Derniers :

The Danish Girl :

Carol :

 

http://fr.web.img5.acsta.net/cx_160_213/pictures/16/01/21/16/04/118433.jpg http://fr.web.img2.acsta.net/cx_160_213/pictures/16/01/05/14/26/192874.jpg http://fr.web.img4.acsta.net/cx_160_213/pictures/16/01/14/17/22/089470.jpg

http://fr.web.img3.acsta.net/cx_160_213/pictures/15/11/20/11/41/359378.jpg http://fr.web.img6.acsta.net/cx_160_213/pictures/15/10/29/09/52/008997.jpg

Publié dans Bobine 2016

Partager cet article

Repost 0

Décembre

Publié le par UniqueMan

http://fr.web.img6.acsta.net/cx_160_213/pictures/15/10/16/11/29/283117.jpg http://fr.web.img3.acsta.net/cx_160_213/pictures/15/12/15/14/27/354746.jpg 

Marguerite et Julien : Cette course en avant est belle, l'amour envers et contre tout presque scandé comme une hymne rebelle à la libérté fait plaisir à voir. Anaïs Demoustier est juste comme souvent, Jérémie Elkaïm un peu moins... comme souvent. Valérie Donzelli s'évertue à utiliser des anachronismes, de faux instants figés et d'autres astuces cinématographiques pour donner du style à son envolée lyrique sur l'amour. Pourtant tous ces artifices n'ajoutent rien de bien significatif au métrage sauf à sa dire "ah ouais, ça fait un peu comme Marie-Antoinette de Sophia Coppola" (Les cinéphiles vous diront Jacques Demy et François Truffaut). Malgré tout, ces "trucs" insignifiants qui finalement ne gênent pas, donne une douce poésie, un peu forcée mais bien présente. La fin du film, elle, s'égare complètement dans l'expérimental mélancolique et c'est peut-être une des plus belles réussite de ce Marguerite & Julien. Une belle curiosité.

Joy : Oui en Amérique, tu peux réussir, même si tu es pauvre à la base. Ce pays est formidable car il donne une chance à tous. Just Do it ! David O'Russel s'amuse avec les acteurs, comme à son habitude il dresse des portraits grinçants, marrants, fous ou forts ou tout cela à la fois. Pourtant dans ce film, la mayonnaise ne prend pas aussi bien qu'avec Happiness Therapy, aucune surprise et dans le Joy du titre il ne reste finalement que l'acharnement. Bouffer les autres avant de se faire bouffer. Difficile d'en tirer une morale bien pertinente. Ce film représente un peu toute l'Amérique fatigante, ou l'argent et la réussite sont aux centres de toutes les discussions. Joy est aussi, un peu, une critique de tout ça mais j'ai bien peur pourtant que le réalisateur adoube le parcours de cette femme qui a certes du mérite mais qui est tellement obnubilée par la réussite à l'américaine qu'elle en hypothéque sa famille, sa vie. Personnellement je trouve tout ça bien triste.

Comment c'est loin : Petite comédie (musicale) fort sympathique qui raconte en quelque sorte la genèse des Casseurs Flowters, c'est cool, c'est frais, c'est drôle. Pas un grand film mais un agréable moment avec Orelsan et Gringe. Même si le scénario est trèèès prévisible, c'est fun et les textes sont bons. Pas grand chose à ajouter. Regardez-le bande de loosers !

Star Wars, Le réveil de la force : Remake, reboot, remix, gloubiboulga  de l'univers Star Wars qui s'auto-parodie, nouveau r2d2, nouvelle étoile noire, nouveau Dark Vador, nouveau Yoda et j'en passe des vertes et des pas mures, oui, moi aussi je recycle des vieilles expréssions, pourquoi pas ! Bref, ça fuse, ça speed et ça sabrelaserise de partout, il est donc difficile de s'ennuyer mais le spectale sent vraiment le réchauffé. En espérant que les suites seront proposer quelque chose de nouveau.

Publié dans Bobine 2015

Partager cet article

Repost 0

Reportage - Paris Courts Devant 2015 - Episode 2

Publié le par UniqueMan

Il faut toujours choisir les films qui se vivent plutôt que les films qui se voient ? Comment s'est passé le festival ? Le Court-Métrage est-il seulement un tremplin vers le long ? Ce deuxième épisode creuse des pistes, réponds à des questions. Bon visionnage !

La suite arrive très vite :-)

Publié dans Mes Créations

Partager cet article

Repost 0

Reportage - Paris Courts Devant 2015 - Episode 1

Publié le par UniqueMan

Recommencer, sans se répéter ? Redoubler d'effort pour que tout le monde y trouve son compte, s'acharner, baisser les bras, reprendre du poil de la bête, abandonner... Cette nouvelle création est arrivée, bon gré mal gré, à se matérialiser. Je n'ai pas l'impression d'avoir beaucoup évolué, pourtant j'ai beaucoup appris, principalement sur les relations humaines. J'ai souvent lu dans divers interviews qu'il était essentiel de bien s'entourer, et de garder une équipe en qui nous avons confiance. J'ai souvent pris ça pour du copinage un peu débile et pourtant, je constate avec douleur que c'est peut-être une des choses les plus importantes. Un film ou une vidéo ne se fait pas tout seul, enfin en tout cas pas dès que le projet prend de l'ampleur. Bref, je ne vais pas théoriser plus longtemps mais désormais, je sais, plus que jamais, qu'il est primordiale de s'entourer de bonnes personnes, de personnes de confiances, pour créer dans une ambiance favorable.

Néanmoins, je ne reste pas sur une idée négative de cette expérience usante. Chaque personne à une vie, ses problèmes, ses obligations, sa façon de penser, moi le premier. Je ne suis pas là pour critiquer qui que ce soit, malgré tout, avec une équipe de 6 personnes nous avons accouché d'un petit reportage sympathique sur la onzième édition du Festival Paris Courts Devant (2015) et plus largement sur le Court-Métrage. Après tout, qu'importe les conditions de fabrications, vous spectateurs, c'est le résultat qui vous importe. Voici donc, le premier épisode de cette expérience. Je vous souhaite un agréable visionnage.

La suite arrive très vite.

Publié dans Mes Créations

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>