Annecy 2013 - Histoire d'un aller et retour !

Publié le par UniqueMan

affiche annecy 2013Le Festival International du film d'Animation d'Annecy est un incontournable que j'avais pourtant contourné jusqu'à aujourd'hui. Je propose de vous raconter ma visite furtive dans les quelques mots qui sont inscrits ci-dessous.

 

Jeudi 13 Juin 2013, le temps est maussade (rien à voir avec l'agence des renseignements israélienne), je me suis préparé un petit programme découverte du festival avec deux films en compétition et une sélection de courts-métrages tout aussi compétitive. Pas de bol Carole, ce jeudi est un jour de grève national des transports en communs et comme je dois effectuer un Paris-Annecy (réservé 1 mois à l'avance) dans la journée, ça s'annonce compliqué ! La sncf à le plaisir de m'envoyer un mail pour m'expliquer que mon train est annulé et qu'il faut, dans la mesure du possible, que je reporte mon voyage. Super ! Résultat je suis arrivé à Annecy le vendredi à 16h et pour des obligations impérativement personnelles je suis reparti le samedi matin à 8h (mais ça c'était prévu dès le départ).

 

Cette année le festival à eu la bonne idée(?) de ne pas imprimer le programme pour une histoire d'écologie, sympa ! Mais quand tu débarques au beau milieu d'un festival avec aucune idée de ce qui s'y passe et de comment ça se déroule et surtout que tu as à peine le temps de voir une séance c'est quand même vachement pas pratique du tout ! Heureusement, les Annéciens sont plus aimables que les Parisiens (Oui, je sais, c'est pas difficile, ça va hein! Merde!) et une aimable demoiselle m'a proposé de regarder ses s.. son programme (catalogue qui ne se trouve pas, ou alors il faut l'acheter? Pas compris), parce-que elle, elle est journaliste (je veux dire une vraie, organisée et tout, pas un bloggeur en carton !). Je pioche une séance de courts-métrages probablement pas très représentative car hors-compétition, la n°2.

 

Butterflies picture

 

La file d'attente pour prendre des places est longue et un proche compatriote d'attente à sans doute oublier de se laver les pieds depuis quelques mois, c'est juste une infection et je prie le dieu du cinéma pour qu'il ne soit pas dans la même séance que moi et surtout pas à côté, mon voeux est exaucé, il y a donc bien un dieu du cinéma, ça c'est déjà une belle découverte !

 

J'arrive enfin dans une salle pour voir des machins, ouf ! Visiblement il y a des petits rituels (comme souvent dans les festivals), ici, l'idée est de prendre un programme (enfin un papier avec des machins écrits dessus parce-que le programme n'éxiste pas) d'en faire un avion et de le jeter sur l'écran... Ouais, trop marrant ! Ce n'est pas très raccord avec le "message écologique" de ne pas imprimer le programme mais bon, qu'importe ! Ah oui, et il faut faire des bruits d'animaux avant la séance, entre les films et après, le poisson semble privilégié, allez savoir pourquoi, je n'ai pas eu le temps de mener cette enquête cruciale. C'est en tout cas une très bonne séance de courts-métrages qui se déroule, les sujets sont variés mais globalement bien plombants (la mort, l'éxil, la mort, la pauvreté et la mort, chouette !). En tout cas, ça nous offre une belle palette des différentes techniques d'animation (peinture, 3d, pâte à modeler et même "simplement" de l'eau sur un mur image par image).

 

miniyamba picture

 

3 courts ont particulièrement attirés mon attention, Miniyamba de Luc Perez, c'est beau, vivant et chaleureux avec un dessin tout en mouvement assez incroyable le tout accompagné par une belle musique. Vous trouverez le trailer juste ci-dessous.

 

 

 

 

Butterflies d'Isabel Peppard, un court absolument glauque fait de pâte de modeler qui transpire le gras, l'univers est absolument sordide mais c'est très bien fait ! Découvrez donc le trailer sous ces fugaces et pertinents quelques mots.

 

 

 

 

 

Et le troisième c'est Premier Automne de Carlos De Carvalho & Aude Danset, un court morbide mais d'une poésie enfantine émouvante que vous pouvez regarder en intégralité juste après la fin de cette phrase !

 

 

 

 

 

Pour les petits curieux, vous pouvez cliquez ICI pour voir le détails de cette séance de Courts métrages hors compétition 02 directement sur le site du festival.

 

Conclusion:

Je pense qu'une seule séance hors compétition ce n'est pas assez pour juger d'un festival aussi important mais l'ambiance (spectateur) est agréable et joyeuse, tout se déroule correctement et dans le calme, les conditions de projections sont très bonnes (projéction probablement en DCP dans une belle salle d'un multiplexe local). Ça manque par contre cruellement d'une petite présentation de séance par quelqu'un du festival. Peut-être est-ce le cas sur les autres séances ? Sans doute car en même temps que ma séance (18h) il y avait sept autres projections ! Résultat, ça me donne bien envie d'y retourner pour en voir plus !

Publié dans Festivals

Commenter cet article