Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Festival de Cannes à Paname - Journal de Bord - 01

Publié le par UniqueMan

 

Du 25 Mai au 5 Juin


Attention, ce festavil n’est pas un festival comme les autres. Il est purement imaginaire mais contient tout de même quelques fulgurances réelles en rapport avec le Festival de Cannes.

 

A quelques mètres de la croisette (906 000 environ), dans les salles obscures Parisiennes s’organise un putsch ! Quelques jours à peine après la clôture chic du Festival de Cannes et l’annonce de son Palmarès, le Forum des Images et le cinéma Reflet Medicis projettent rétrospectivement l’intégralité de la sélection de la Quinzaine des Réalisateurs et celle d’Un Certain Regard.

 

Pas plus farouche qu’une lapinette au printemps, je me lance à la découverte des films qui ont fait vibrer le 64ème Festival Palmipède. Mon chemin est comme d’habitude juché d’embuches et aussi rocambolesque que le voyage de Don Quichotte ! Je vous propose une retranscription de mon journal de bord que j’écris d’habitude sur des menhirs…

 

Mercredi 25 Mai :

Il fait chaud, le soleil brille, l’analogie avec la croisette est troublante mais les relents d’égouts, de métro et de pot d’échappement me font très vite déchanter. Je suis bien à Paris, je suis enfermé et je suis au boulot. Je consulte brièvement la programmation en lâchant des « oooh » « aaaaaah » « qui donc? » oui, je dois bien vous l’avouer très peu de films m’évoquent quelque chose. Je tourne en rond et je râle parce-que de toute façon, je ne peux voir les films qu’aux projections de 22h. Je chante et, je retourne au turbin. 21H, il fait toujours beau mais je suis dépité car je n’ai pas le courage de me speeder la tête pour assister à un drame australien sur un jeune aborigène qui rêve de devenir gangster ! Là, je me dis, c’est con, mais de toute façon, je ne vais pas pouvoir voir tous ces films… à mon grand regret… mais au niveau du planning et financièrement, ce n’est pas du tout jouable. Alors, merde, ce festival, je vais me le faire à ma façon et avec mes possibilités ! C’est un festival de cinéma non ? Bon alors place au ciné !

Je rentre chez moi et sur le chemin j’attaque une jeune femme pour lui voler son sac ; coup de chance, à l’intérieur se trouve un dvd ! Je lui explique qu’il ne faut pas qu’elle s’inquiète, que c’est pour le festival. Bizarrement elle me regarde partir avec un regard vide en ayant l’air hébétée. (Bordel, synthétique, on ta dit de faire synthétique !!!) ça va je raconte !

Je suis chez moi et je regarde donc le dvd de 8 Fois Debout, un très beau film de Xabi Molia sur une femme qui galère pour trouver du travail. Une femme qui est malheureusement loin d’être un cas isolé, car nom de dieu, aujourd’hui pour bosser faut vraiment s’accrocher. Du coup, je suis déprimé. (Bon, là, tu abuses… tu écris tes tonnes de trucs sur du vent et quand tu parles de cinoche, ça tient sur deux lignes, moi je dis, foutage de gueule !). Et moi je dis merde et à demain, ça sera mieux!

 

A SUIVRE...

Publié dans Festivals

Commenter cet article