Festival de Cannes à Paname - La fin des haricots

Publié le par UniqueMan

CannesPaname2013

 

Ne pas terminer en cul de chouette, je vous avez promis un rapport avec Cannes 2013 pour au moins un film, ce dernier article en traitera trois ! Parce-que c'est la folie générale d'un festival aussi imperceptible qu'absolument hors-sujet qui se termine inexorablement.

 

http://fr.web.img5.acsta.net/r_160_240/b_1_d6d6d6/pictures/210/103/21010314_20130604174853439.jpgMon premier est un film d'une humanité débordante et d'une justesse incroyable dans les dialogues. Le Passé d'Asghar Farhadi (A propos d'Elly, Une Séparation) est vraiment un beau film où les personnages dialogues et s'expliquent de manière sereine presque sans violence. Mettre en avant l'ouverture d'esprit, le dialogues avec les autres plutôt que le renfermement sur soi, les secrets et les non-dits, c'est vraiment agréable à regarder. Par contre je ne suis pas convaincu par le besoin de remettre le prix d'interprétation féminine à Bérénice Béjo pour son rôle ! Certes elle est bien, même très bien, elle est juste mais sans jamais pour autant être brillante. J'ai même l'impression qu'elle est mise en avant ces derniers temps sans que ce ne soit vraiment justifié, son prix l'interprétation pour The Artist est tout aussi étonnant. Moi je dis qu'il y a anguille sous roche, c'est un complot et tralala pouette pouette mais en même temps c'est tant mieux pour elle, c'est une bonne actrice et j'espère qu'elle brillera dans un prochain film pour mettre tout le monde d'accord. Sinon pour terminer sur Le Passé, je dirais que la "chute" de fin est prévisible et c'est un peu dommage mais ça ne gâche pas le reste (heureusement!). (Sélection officielle, compétition Cannes 2013)

 

http://fr.web.img4.acsta.net/r_160_240/b_1_d6d6d6/pictures/210/002/21000216_20130419192202667.jpgMon deuxième est (pour moi) un film prétentieux qui se fou de la gueule du monde. Only God Forgives de Nicolas Wending Refn est quand même une grosse blague. Sous prétexte de casser l'image de Ryan Gosling et de montrer au monde qu'il est un véritable artiste qui ne surf pas sur son succès (Mais alors pourquoi produire le remake inutile de Pusher?) Nicolas s'auto saborde et nous livrant un anti-Drive totalement poseur et terriblement ennuyant. Dédicacer son film au fou et fumant Alejandro Jodorowsky n'éxcuse pas toute les dérives cinématographiques. Sans avoir aborder scrupuleusement la filmographie de ce cher NWR, Only God Forgives restera pour vous totalement abscons, plutôt vide de sens et cruellement long ! Après, sachant tout ça, cet étrange film reste quand même visuellement assez dingue (un petit côté Suspira de Dario Argento?) et force est de constater que Nicolas Wending Refn n'est pas un imbécile et qu'à bien y regarder, sa filmo est cohérente au point que ce dernier métrage vient clore une sorte "de trilogie sur l'identité" commencée avec Le Guerrier Silencieux Aka Valhalla Rising et poursuivit avec Drive. Ici il réussit quelque chose d'étonnant, inverser le "méchant" et le "gentil" car finalement le personnage central d'Only God Forgives n'est pas Julian (Ryan Gosling) mais bel et bien Chang (Vithaya Pansringarm). Théoriser sur ce dernier métrage pour y trouver un intérêt c'est quand même un peu fort de café (comme disent les jeunes) mais je respect quand même ce côté "Je fais ce que je veux même si je suis attendu au tournant je m'en fou royalement". J'espère juste que ses chevilles vont se dégonfler pour ses prochains films. (Sélection officielle, compétition Cannes 2013)

 

http://fr.web.img2.acsta.net/r_160_240/b_1_d6d6d6/pictures/210/082/21008269_2013052418334575.jpgMon troisième pète lui aussi plus au que son cul. As I Lay Dying de James Franco que j'ai eu la chance de voir en avant-première au cinéma Reflet de Medicis à l'occasion de la reprise de La Quinzaine des Réalisateurs 2013 est une adaptation d'un roman réputé inadaptable à cause de ses multiples points vue. Qu'à cela ne tienne, James Franco, artiste hyperactif multi-facettes s'y jète les deux pieds en avant mais l'entreprise ne semble être qu'une démonstration de force pour prouver quoi ? Qu'il est aussi capable de faire ça ? Un film d'auteur intelligent ? Étonnant ! Malgré cette démarche cavalière qui semble évidente As I Lay Dying est tout de même très loin d'être foiré ! Les acteurs, qui sont tous très juste, prouve que James est un très bon directeur d'acteur. La photographie est superbe et certains passages sont vraiment touchants et émouvants. Parfois drôle, même absurde mais souvent triste et sale ce film étonne par sa mise en scène et ce choix casse gueule d'un split-screen quasi permanent justifié par cette fameuse multiplication des points de vue du roman. Résultat, un film éprouvant à regarder à cause de ce procédé et de son lourd sujet "Une famille de pauvre gens parcourant des kilomètres avec une vieille carriole sous la chaleur et le mépris des autres pour enterrer leurs défunte mère". Ajouter à celà des monologues face caméra déroutants et vous obtiendrez As I Lay Dying, un long-métrage malaisé mais exigeant et parfois brillant qui laisse transparaître le talent indéniable de James Franco. Surprenant !

 

C'est sur ces trois films très différents que le Festival de Cannes à Paname s'achève. Ici pas de standing-ovation lèche-botte de 20 minutes, pas de lesbienne avec palme, masque et tuba mais une promèsse dans le vent de revenir l'année prochaine, (ke)chiche?

Publié dans Festivals

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article