Octobre

Publié le par UniqueMan

http://images.allocine.fr/r_160_214/b_1_cfd7e1/medias/nmedia/18/83/93/95/19803697.jpgDrive:

Nicolas Winding Refn n'a pas fini de nous surprendre avec ses films toujours différents! Après avoir brossé avec brio le portrait du survolté et ultra-violent Charles Bronson et raconter de façon hypnotique la quête quasi mystique d'un guerrier viking silencieux il s'attaque à la double vie d'un jeune mécanicien cascadeur la journée et convoyeur pour la pègre la nuit. La réalisation est une fois de plus très classieuse et nous emporte avec efficacité dans son histoire avec ce personnage borderline toujours à la limite de craquer. Une ambiance poisseuse et dérangeante s'échappe de ce long métrage, la musique vintage crée un décalage étrange et le rythme calme et posé du film est d'une efficacité redoutable quand la rupture arrive. Je ne saurais que vous le conseiller.

 

http://images.allocine.fr/r_160_214/b_1_cfd7e1/medias/nmedia/18/83/94/23/19787873.jpgPolisse:

Mawaïenn, une fille tout aussi surprenante! Polisse est fort, touchant, percutant et bigrement crédible. Un film à la frontière entre le documentaire et la fiction tellement certains passages sont réalistes. Le sujet est délicat et le film ne sombre jamais (ou alors que très légèrement) dans le sensationnalisme ni dans la pathos. Joey Starr est effectivement convaincant et très bon et n'a pas volé toute les louanges à son sujet. A voir !

 

http://images.allocine.fr/r_160_214/b_1_cfd7e1/medias/nmedia/18/79/43/30/19784346.jpgCurling:

Film de la séléction du Festival Paris Cinéma 2011, je n'avais pas eu le temps de le voir. Heureusement il a bénéficié d'une sortie (petite mais quand même) en salle. Ce film est froid et même carrément glaciale et du coup un peu trop hermétique. Il vous faudra de la patience et du courage pour briser la glace pour entrer dans cette univers morose aux frontières de l'étrange. La vie d'un homme seul, terriblement seul mais qui ne trouve pas sa place avec les autres et qui élève sa fille en quasi autarcie. Un film triste est touchant mais qui, contre toute attente comporte une belle touche d'optimisme. Heureusement sinon il ne vous reste que le suicide comme solution à la sortie de la séance. Bon je galère sur ma critique mais en tout cas j'ai bien aimé ce film! Très beau! J'ai beaucoup aimé cette idée de meurtrier qui rôde autour de la jeune fille... comme pour illustrer les dangers du "monde réel" mais qui en s'approchant de plus prêt n'a rien de si terrible. Fascinant!

 

 

http://images.allocine.fr/r_160_240/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/78/18/75/19801902.jpg

Poulet aux prunes:

Après Persepolis, Marjan Satrapi et Vincent Paronnaud remettent le couvert et quittent leurs crayons de couleurs pour les remplacer par des acteurs pour nous préparer un Poulet aux prunes. Ils nous livrent ici, un film étrange, une sorte d'Amélie Poulain réalisé par Michel Gondry en forme de conte. Une ôde à la vie et au cinéma! Un film généreux et émouvant mais qui souffre d'une narration un soupçon bordélique et d'un aspect un peu trop visuel. Comme le dit souvent mon poisson rouge "trop de visuel tue le visuel". Il y'a vraiment des plans superbes et des passages poilants (effet sitcom américain pour raconter le futur d'un personnage) mais du coup c'est un peu le chao et le spectateur à du mal à s'identifier. Malgré tout, le dernier acte est redoutable d'efficacité et nous laisse sur une belle impréssion. Il film qui essaye d'être innovant, moi j'approuve plutôt deux fois qu'une et j'éspère qu'ils remettront le couvert pour une troisième éxpérience.

Publié dans Bobine 2011

Commenter cet article