Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Masters Of Horror, Première Bobine.

Publié le par UniqueMan



Masters Of Horror, saison n°1 
(première partie)

La sortie en DVD de la série Masters Of Horror, un vendredi 13 et un mois qui se finit par le jour d'Halloween, que de réjouissance! L'occasion surtout de revenire sur la série qui risque de terrifier la planète. Ca va saigner!

Un jour Mick Garis s'est dit et si je réunissai tout mes potes pour faire une série TV. Après ce n'est pas forcément donné à tout le monde d'avoir des "potes" comme Guillermo Del Toro, Dario Argento où encore George A. Romero mais bon. Mick Garris étant plutôt bien entouré puisqu'il baigne dans le milieu depuis ses toutes premières réalisations. Son parcour? Critters 2, Psychose IV (film tv) La Nuit Déchirée, une autre série: Les Médiums et Ridding The Bullet. Pas forcément des chefs-d'oeuvres donc. D'ailleurs la réalisation de son épisode confirme qu'il n'est malheureusement pas très bon. Ce qui est sûr, c'est qu'il à eu la bonne idée (financière?) du siecle, puisqu'il à donc créé une série consacrée aux films de genre en réunissant les plus grands réalisateurs du milieu. Ils ne répondent pas tous présent, Guillermo Del Toro et trop absorbé par son Labyrinthe et Romero planche déjà sur ses prochains films. Mais qui peu se vanter d'avoir Dario Argento, Tobe Hooper, Suart Gordon, Joe Dante, John Carpenter où encore Takeshi Miike dans un seul et même projet??? Surement pas grand monde. Le principe est simple, faire réalisé un épisode aux "maîtres" qu'ils auront préalablement choisit et en faire une série. Ce qui est aussi très attrayant c'est qu'il décide de limiter la censure au maximum, en gros les réalisateurs ont carte blanche! Quelle réalisateur de genre n'en à jamais rêvé? Bon après il y'a forcément des contraintes, de budget et de temps à respécter imprativement. Mais le résultat est là, les épisodes fonctionnent et risque bien d'en effrayer plus d'un. Courrez vous cacher Les Masters Of Horror débarque en Europe. Et la bonne nouvelle c'est loin d'être finit puisqu'une deuxième saison est en préparation! Le sang n'a pas finit de couler dans vos tubes cathodiques.




Episode n°1: La Survivante (Incident On and Off a Montain Road)

Don Coscarelli

Une histoire relativemant banale dans le milieu de l'horreur pour commencer cette série, un tueur et une jeune fille traqué qui cours dans la forêt. Mais la chose est bien réalisé et il y'a plein de rebondissement qui donne de l'épaisseur à une histoire assez fade. L'ambiance est réussit et la "taverne du monstre" est terrifiante. Une belle ambiance sordide pour débuté. Le ton de la série est donné, gore et sans concession pour le spéctateur avec une réalisation débridée simple et efficace.



Episode n°2:
Le Cauchemar de la Sorcière (Dreams in the Witch House)
Start Gordon


La traduction de ce deuxième épisode est un peu ridicule, mais plus le film avance plus l'horreur sa fait sentire. Le concepte de la maison hantée est chose commune dans le cinéma de genre, ici c'est un jeune étudiant en recherche d'un logement à tarif réduit qui en fait les frais. Le début du film est un peu léger mais la pression monte crescendo pour finir dans un final terrifiant, certe plus où moins déjà vu mais forcément rageant. Méfiez-vous des petits rongeurs!



Episode n°3: La Danse des Morts (Dance Of The Dead)
Tobe Hooper

L'histoire de cette danse des morts pourrait se dérouler en plein film de George A. Romero, l'univers représenté est assez proche de Land Of The Dead. Vous croyez que Tobe Hooper était à bout de soufle? Il signe dans tout les cas un des opus les fournit de la série. Malgré des effets de montage assez gerbant. Certaines scènes sont assez spéctaculaire comme la scène où des gros méchant foutent à la poubelle 3 zombies femelles à poile et les enflammes! Tobe Hooper test les nouveaux effets pyrotechniques pour le plus grand plaisir des spéctateurs... C'est l'histoire d'une jeune fille qui est couvée par sa mère pour qu'elle ne se pervertisse pas dans ce nouveau monde de débauche où les morts reviennent à la vie et son le sujet de spéctacle dérrangés où un présentateur cinglé fait danser les morts avec une méthode bien à lui. Sauf que le fifille en à marre et finit par partir avec un jeune junkie. Forcément les ennuis commencent.



Episode n°4: Jenifer
Dario Argento

Jenifer signe t-il le retoure d'un Dario Argento inspiré? Cet épisode nous le laisse éspérer en tout cas. Cette histoire monstre séduisant et d'un effet terrifiant assuré! Le mélange du mal et de la luxure, un mélange franchement dérrangeant. Sans aller aussi loin que les deux premiers Hellraiser il est quand même bien choquant. D'ailleurs certaines scènes n'ont pas passé la censure (quasi inéxistante sur cette série). Argento à poussé un scène de canibalisme un peu trop à l'éxtréme en faisant dévorer à son "monstre" le sexe de l'un de ses victîmes. C'est donc l'histoire d'une femme complétement défiguré mais au corp sublime qui réussit à séduire un officié de police. Cette fille n'ayant aucun domicile il se sent obligé de l'acceuillir chez lui au grand dégout du reste de sa famille. La suite est forcément horrible sinon il ne ferai pas partie de la série. C'est vraiment dure! Un des opus les plus réussit de cette saga horrifique avec un Dario Argento en pleine forme. A ne pas rater.



Episode n°5: Chocolat (Chocolate)
Mick Garris

Quand le créateur de la série Mick Garris s'y colle sa donne Chocolate, une histoire qu'il avait sous le coude depuis un bon moment à en croire ses dires. Effectivement la base du scénario est très intéréssante et attrayante! Imaginez-vous dans la peau d'une autre personne et que vous pourriez resentir tout ce qu'elle ressent. Imaginez ressentir une jouissance du sexe oposé au votre lors d'un acte sexuel!!! Sauf que si un jour vous ressentez un meurtre que feriez vous? C'est ce que Chocolate décide d'éxplorer plus où finement. L'idée est d'enfer, la réalisation beaucoup moins et le final est une décéption mais certaines scènes sont plutôt cocasses. Un concepte qui aurait mériter de s'y étendre un peu plus lors d'un long métrage peut-être. Et au final Chocolate est l'un des épisodes les moins flippant de la série.



Episode n°6: Vote où Crève (Homecoming)
Joe Dante

Cet épisode est sans doute le moins terrifiant, mais sans nul doute le plus subversif. Très politiquement incorrecte est clairement anti-bush, Vote Où Crève nous raconte la renaissance des morts de la guerre en irak... Enfin le pays contre lequel les Etats Unis sont en guerre n'est pas définit mais bon le message est assez claire. Bref les morts reviennent à la vie pour voter car il éstiment en avoir le droit. Bien sûr leurs votent ne vont pas aller dans le sens du gouvernement actuel qui n'est lui aussi (bien sûr) pas définit. C'est une sorte de film a la Romero en complétement décompléxé sur le ton de l'humour. Un très belle satire pleine de bon sens. A ne pas louper donc.


A suivre...

Publié dans Séries TV

Partager cet article
Repost0

Le Parfum - Tom Tykwer - 04/10/06

Publié le par UniqueMan

Le Parfum : histoire d'un meurtrier

Date de sortie : 04 Octobre 2006
Réalisé par Tom Tykwer
Avec Ben Whishaw, Dustin Hoffman, Alan Rickman...
Film allemand, français, espagnol.
Genre : Drame, Thriller
Durée : 2h 27min.
Année de production : 2005
Des images ou des idées peuvent choquer
Titre original : Das Parfum - Die Geschichte eines Mörders



Synopsis
Jean-Baptiste Grenouille naît en 1744. Enfant solitaire, malade, il devient un jeune homme à part grâce à un don unique : son odorat.
Grenouille n'a pas d'autre passion que celle des odeurs, et chaque seconde de sa vie est guidée par ce sens surdéveloppé. Survivant misérablement, il parvient à se faire embaucher comme apprenti chez les maîtres parfumeurs de la capitale. Il découvre alors les techniques
et les secrets de la fabrication des parfums. Son don lui permet de composer quelques chefs-d'oeuvre olfactifs, mais son but ultime devient rapidement la mise au point de la fragrance idéale, celle qui lui permettrait de séduire instantanément tous ceux qui croiseraient son sillage.
Dans sa recherche d'ingrédients, Grenouille est irrésistiblement attiré par le parfum naturel des jeunes filles. Il va aller jusqu'à en tuer beaucoup pour leur voler leur odeur...


Chronique

Un parfum sans odeur, pas mauvais pour autant.

L'adaptation d'un bouquin n'est pas toujours facile, surtout quand l'auteur s'appel Patrick Süskind. Le résultat est surprenant. Au lieu de trouver ce tueur abominable, le film se place plutôt de son côté et le spéctateur à presque envie qu'il tue pour terminer son "oeuvre". Ce film est donc assez étrange de ce côté là. Le problème est que le spectateur est complétement détaché de cette histoire. La voix off est très (trop?) présente et le jeu du comédien tout en retenu avec très peu d'éxpréssion nous laissent sur la touche. Et les derniers instants du film viennent nous achever tellement ils sont surréalistes! C'est vraiment dommage car il y'a un potentiel énorme et certaines scènes sont très réussit (la création de parfum, les meurtres...) Mais ce surplus de musique et d'effet spéciaux rendent Le Parfum sans saveur. Une belle tentative aséptisée par la machine hollywood.

Publié dans Bobine 2006

Partager cet article
Repost0

The Host - Joon-ho Bong - 22/11/06

Publié le par UniqueMan


The Host


Date de sortie : 22 Novembre 2006
Réalisé par Joon-ho Bong
Avec Bae Doona, Hae-il Park, Byeon Hie-bong...
Film sud-coréen.
Genre : Fantastique
Durée : 1h 59min.
Année de production : 2006




Synopsis
En Corée du Sud, du fond de la rivière Han surgit une étrange créature. Celle-ci sème la terreur parmi la population locale et emporte avec elle la jeune Hyun-seo. Sa famille se met en tête de la récupérer...


Chronique

Critique sociale et gros lézard.

Après un Memories Of Murder plus qu'époustouflant Joon-ho Bong nous livre une critique sociale acide de la corée du sud. The Host se présente sous la forme d'un film d'horreur avec son gros monstre, mais le monstre en question est plus une métaphore qu'autre chose. Le film emplois en ton parodique assez prenoncé et les situations absurdes s'enchaînes. The Host peut se voir comme un bon divertissement "comique" mais il est claire que l'oppréssion américaine reigne sur ce film et les critiques ne manquent pas. A commencé par ce ton "parodique" de tous ces films américan fantastique sans saveur et produit à la chaîne. Ainsi qu'une chasse au monstre assez grotesque par l'armée U.S. Un très bon film parfois jubilatoire dans certaines scènes qui peut se voir de différente façon et très facilement des deux à la fois. Bravo.

Publié dans Bobine 2006

Partager cet article
Repost0

Fast & Furious : Tokyo Drift - Justin Lin - 19/07/2006

Publié le par UniqueMan


Fast & Furious : Tokyo Drift

Date de sortie : 19 Juillet 2006
Réalisé par Justin Lin
Avec Lucas Black, Lil' Bow Wow, Brian Tee...
Film américain. Genre : Action, Policier
Durée : 1h 44min. Année de production : 2005
Titre original : The Fast and the Furious : Tokyo Drift



Synopsis:
Sean Boswell est un risque-tout à qui sa passion immodérée des voitures de sport trafiquées a déjà attiré de sérieux ennuis avec la police californienne. Condamné après un accident, sa seule alternative à la prison est d'accepter la tutelle de son père, militaire de carrière basé à Tokyo.
Gaijin (étranger) dans la ville la plus moderne et la plus sexy du monde, le jeune homme se sent plus exclu que jamais jusqu'au jour où un nouveau copain, Twinkie, lui fait découvrir l'univers secret du drifting - le nec plus ultra des rodéos urbains. Un sport clandestin où l'audace, l'élégance et la fluidité de la conduite sont encore plus appréciées
que la simple vitesse.
Sean est immédiatement accroché : son style de vie rebelle a trouvé sa parfaite expression
dans le drift, ses périlleuses transgressions, son défi permanent aux lois de la physique...

Mon Avis:
Et encore un navet de plus ? Bon ok, je vous l'accorde Fast & Furious premier du non n'était pas une bouse galactique (quoi que...). Pour le deuxième opus je ne m'avancerai pas autant quand au troisième intitulé Tokyo Drift...? Et bien, en matière de film, de scénario est d'acteur, c'est une belle merde! Pourquoi belle, parce-que mine de rien ces courses de drift sont assez démante et que... et que voilà c'est tout. D'autant plus que ces scènes en question sont filmés dans tous les sens et montées au achoir épiléptique, on à du mal à suivre l'action! Bref, ce film n'a que d'interêt que ces quelques passages de bagnole à fond la caisse, pour le reste oublié vos neuronnes et tout sens artistique cinématographique.
Qui c'est qui râle encore sur les suites plus nul les unes que les autres?
Vous n'êtes pas tentez pas l'éxpérience... Ok, je vous soutiens moralement et je vous préscrit de l'évitez.

Mais si vous êtes mordu de Tunning X blast stop cars scratch fire, vous allez sans doute en raffoler.

PS: Je crois que le seul truc que j'ai aimé c'est le "private joke" à la fin avec une sorte de caméo d'un certain Vin D.... (mais chute, je n'en dis pas plus, je risque de vous dévoilé le seul élément succéptible de vous captiver l'éspace d'une fraction de seconde.)

Publié dans Bobine 2006

Partager cet article
Repost0

The Sentinel - Clark Johnson - 30/08/06

Publié le par UniqueMan


The Sentinel


Date de sortie : 30 Août 2006
Réalisé par Clark Johnson
Avec Michael Douglas, Kiefer Sutherland, Kim Basinger...
Film américain.
Genre : Thriller, Policier, Action
Durée : 1h 48min.
Année de production : 2005



Synopsis
Il y a vingt ans, Pete Garrison, agent des services secrets américains, a sauvé la vie d'un Président. Aimé et respecté de ses collègues, il est à présent chargé de la protection rapprochée de la Première Dame. Sa vie bascule lorsqu'un collègue et ami est assassiné avant d'avoir pu lui transmettre des informations de la plus haute importance...
L'affaire est confiée au meilleur enquêteur du Service, David Breckinridge, ancien protégé de Garrison. Là où Garrison fait confiance à son instinct, Breckinridge ne se fie qu'aux preuves. Avec l'aide d'une jeune recrue, Jill Marin, les deux hommes vont bientôt découvrir l'existence d'un complot interne, visant à assassiner le Président. Mais très vite, les indices semblent désigner Garrison...


Chronique

Une Episode de 24H Chrono

Autant les films traitant du gouvernement français ne sont pas fréquent même si Président de Lionel Delplanque s'y est frotté, pas très bien d'ailleurs. Autant aux Etats-Unis c'est chose courante, le genre est même un peu épuisé. Alors à quoi bon s'acharner à faire encore et toujours la même chose. Le gouvernement est menacé et des flics super gentils le protège, voilà le topo de The Sentinel. Kiefer Sutherland tient un rôle à l'opposé de celui de sa série (24h Chrono) et Michael Douglas joue l'atlète à cheveux blancs. Bref, certaine série comme 24h font tellement mieu niveau scénario qu'il est difficile de prendre du plaisir à voir ce film sur grand écran. Quoiqu'il en soit, la machine hollywood fonctionne et le suspens (mince) nous tient éveillé jusqu'au bout. Rien ne vous empèche donc de passer à côter.
Pour ceux qui se le demande, pas d'agent Jim Ellison et donc aucun rapport avec la série du même (The Sentinel)

Publié dans Bobine 2006

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 > >>