Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

bobine 2006

Click - Frank Coraci - 04/10/06

Publié le par UniqueMan


Click


Date de sortie : 04 Octobre 2006

Réalisé par Frank Coraci
Avec Adam Sandler, Kate Beckinsale, Henry Winkler...
Film américain.
Genre : Comédie
Durée : 1h 47min.
Année de production : 2006



Synopsis

Michael Newman travaille comme un forcené en espérant que son patron reconnaîtra enfin sa valeur, mais il se l'est juré : plus tard, quand il en aura le temps, il s'occupera enfin de sa femme et de ses deux enfants...
Après une nouvelle nuit blanche, épuisé, Michael s'énerve parce qu'il n'arrive même plus à distinguer laquelle de ses télécommandes met la télévision en marche. Il décide alors de se procurer la télécommande parfaite, qui lui permettra de commander tous ses appareils...
Celle qu'il va trouver est un modèle unique, fait pour lui changer la vie... Très vite, Michael s'aperçoit que ce petit bijou a des capacités extraordinaires... Michael contrôle désormais tout son univers, et les possibilités semblent infinies...

Chronique

Click, ça désaltère et c'est déjà pas mal.

Que peut-on attendre de la part du réalisateur du tour du monde en 80 jours (2004) avec Jackie Chan, Steve Coogan et Michael Youn!!!!??? A prioris pas grand chose, surtout quand le pitch (un mec qui trouve une télécomande pour tout contrôler) n'a franchement rien d'inventif!  Sauf que....ce film fonctionne! La première demi-heure est dure à avaler parce-que c'est vraiment de la grosse comédie américaine dans toute sa finesse. Du gras donc! Mais le film se ratrape petit à petit, certaines situations sont assez marrantes et sa tourne terriblement au tragique et c'est plutôt bien fait ! Le film aurait vraiment pu être une bombe, sauf que tout se termine de manière trop conventionnelles. Il y'a une montée en puissance tout du long avec quelques dernières scènes très belles, mais tout retombe à plat très vite parce-que l'on est quand même dans une comédie alors bon, faut pas casser les règles. Malgré un scénario vu et revu à toute les sauces Click s'en sort honorablement et nous fait passer un bon petit moment. Il faut quand même avouer que l'idée de pouvoir commander sa vie comme un dvd avec un menu est une idée attrayante. Frank Coraci nous démontre par cette occasion qu'il ne sait pas faire que des navets, un bon point pour lui donc. Un bon point, où en tout cas un point à remarquer, la présence de Christopher Walken en "doc" qui sans être sublime elle est très apréciable. Parcontre Kate Backinstale est bien plus à l'aise à la chasse aux lycans qu'en potiche de maison, mais son rôle ne lui en demande pas plus... un belle potiche néanmoins! Bref, une bonne comédie dans une belle embalage tout en générique de menu dvd.

Pour faire une comparaison, Click est dans la même ligné qu'un Bruce tout Puissant, un mix des deux ferait surement un très bon film, en attendant ils restent tout deux, deux divertissement "sympatoche".

Cliquez bien, cliquez juste, cliquez Click.

Publié dans Bobine 2006

Partager cet article
Repost0

Paris, Je T'aime - Tristan Carné - 21/06/06

Publié le par UniqueMan


Paris, Je T'aime


Date de sortie : 21 Juin 2006
Réalisé par Olivier Assayas, Frédéric Auburtin, Sylvain Chomet...
Avec Fanny Ardant, Julie Bataille, Leïla Bekhti...
Film français.
Genre : Romance
Durée : 1h 50min.
Année de production : 2005



Synopsis

Au fil des quartiers, des histoires d'amour passager, voilé, mimé, vampirisé, malmené ou révélé...
Un Pari(s) moderne émouvant et drôle, un film plein de vie(s) sur le thème de l'Amour.


Chronique

Paris, je t'Aime est une suite de court-métrage assez inégaux sur l'amour et sur les quartiers de Paris. Le projet et très bon et il est intéréssant de voir les visions de chacuns de ses cinéastes sur l'amour à Paris. Sauf que en tant que film rien de se tient, il n'y'a pas de fil conducteur sauf le sujet et le dernier "court" qui essaye de rafistoler le tout s'embourbe dans la colle, dommage! Un "projet" qui aura surement plus ça place en dvd qu'au cinéma. Puisqu'il sera surement possible de jongler d'un court-métrage à l'autre avec le chapitrage. Si vous avez râté la sortie dans les salles obscures tout n'est donc pas perdu. Une blelle initiative qui mérite attention.


C  h  r  o  n  i  q  u  e  s


# Montmartre - écrit et réalisé par Bruno Podalydès

Un brin d'humour et une situation peu banale.

Un court leger et drôle sur une petite rencontre amoureuse réalisé est interprété par Bruno Podalydès qui nous fait sa cinquième apparition dans l'un de ses films (Dieu Seul Me voit,  Liberté-Oléron, Le mystère de la chambre jaune et le parfum de la dame en noir). Rien d'éxtraordinaire mais se regarde avec un sourrir en coin.



# Quais de Seine - écrit et réalisé par Gurinder Chadha

Des jeunes qui draguent comme des pieds et des stéréotypes foireux.

Des acteurs moyennement convaincant, une histoire un peu bidon, c'est comme ça que sa commence, mais les dernières notes du film donnent un petit côté sympatique à ce court.



# Le Marais - écrit et réalisé par Gus Van Sant
Des hommes et du bois.

Gus Van Sant comme à son habitude prend son temps pour installer son ambiance, mais sa marche plutôt bien. On y croit pas trop mais il y'a un "truc" il y'a un "je ne sais quoi" que seul Gus à le secret. C'est un peu long mais beau. Un monde un peu difficile d'accès, c'est toujours un peu se même "repproche" qui raisonne à côté des films de ce cinéaste. En tout cas un Gaspard Ulliel étrange est intéréssant. Un court qui sent bon le bois et le cuire... mmmh.



# Tuileries - écrit et réalisé par Joel et Ethan Coen
Regard de braise et coup de poing.

Un court complétement déjanté, un Steve Buscemi tout en yeux ronds. Une bonne tranche de rigolade que nous livre les frères Coen. Pour information, Les Tuileries est la station de métro que utilisée par Jean-Pierre Jeunet pour Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain. Sachant que les Coens ont bénéficié du directeur photo de ce même Jeunet, serai-ce un clin d'oeil de leur part? Il y'a de forte chance.



# Loin du 16e - écrit et réalisé par Walter Salles et Daniela Thomas
Poupon et encore poupon.

Ce court est assez fade, il ne raconte pas grand chose si ce n'est une jeune fille qui mène une double vie et qui visiblement adore les enfants. La réalisation et assez plate et c'est assez long pour pas grand chose. Une petite fausse note?



# Porte de Choisy - écrit et réalisé par Christopher Doyle
Haute couture et Kung Fou un curieux mélange.

Ce segment est complétement barré, il raconte un couturier qui vient présenter ses modèles dans une boutique asiatique et qui se fait kung-fu fighter la tête pour repartire gagnant...!!! Complétement délirant, le directeur de la photo de Wong Kar-Wai s'est complétement laché.



# Bastille - écrit et réalisé par Isabel Coixet

Mari et femme jusqu'a que la mort vous sépare.

Un opus un peu déprimant est dramatique qui raconte, l'amour entre une homme et sa femme...malade. L'histoire est belle, mais la réalisation moins et l'on s'ennuit, dommage.



# Place des Victoires - écrit et réalisé par Nobuhiro Suwa
Un rêve effrayant.

Ce segment est magnifiquement réalisé, les sensations de cette femme qui à perdue son enfant sont émouvantes. Des visions dramatiques, bizarrement parfois risible mais souvent flippante. Un court étrange et très bien réalisé par le cinéaste japonnais de Un Couple Parfait.



# Tour Eiffel - écrit et réalisé par Sylvain Chomet
Du mîme, de l'amour et de la rigolade.

Première éxpérience avec de véritable acteur pour Sylvain Chomet, réalisateur du magnifique film d'animation Les Triplettes de Belleville. C'est un bon délire visuel, mais les acteurs bien que très bon (Yolande Moreau) son peu crédible à cause d'une réalisation un peu bancale surement du à la "novicité" de Chomet. Quoi qu'il en soit, c'est très amusant et il vaut le coup rien que pour le plan de fin avec le petit garçon et son énorme cartable qui part en courant.



# Parc Monceau - écrit et réalisé par Alfonso Cuaron
Des cigarettes et un nouveau né.

Voici un très beau court tourné du début à la fin en plan séquence! Nick Nolte y est excellent et la chute du film est bien trouvé et très sympatique. Encore un très beau segment.



# Place des fêtes - écrit et réalisé par Oliver Schmitz
Guitare et révolte.

Un court-métrage magnifique sur la folie de la ville, de la violence gratuite et de l'amour. C'est peut-être le cinéaste le moins connu du casting de Paris, Je t'Aime, mais c'est loin d'être le segment le moins bon. Voir un des meilleurs!



# Pigalle - écrit et réalisé par Richard LaGravenese
Théâtre de Sex-Shop.

Une idée simple et pas forcément bien exploitée, mais l'histoire nous embarque facilement. La fin "twisteuse" nous fait comprendre le pourquoi du comment, mais y'a vraiment pas de quoi crier au génie. Segment étrange et peu intéréssant.



# Quartier de la Madeleine - écrit et réalisé par Vincenzo Natali
Attraction effrayante.

Un segment fantastique qui vient se glisser, avec ses filtres bleu et ses histoires de vampire, Paris devient effrayant. La scène finale est vraiment jouissive! Bref, que du bonheur avec une cerise sur le gâteau puisque vous pourrez appércevoir Wes Craven allongé par terre en tant que première victime de la belle Olga Kurylenko. Quand à Elijah Wood, il frissonne comme fredon possédé par l'anneau donc rien de nouveau pour lui. Encore un magnifique opus dans tout les cas.



# Père-Lachaise - écrit et réalisé par Wes Craven
Le cimetierre à des yeux.

Un opus réalisé par Wes Craven? Mais que va t'il bien pouvoir faire? Faire s'écraser un avion où nous pondre des loups garous ridicules? et bien non, c'est tout juste si il y'a une part de fantastique. Un vilain petit fantôme sans grand interêt qui vient faire la morale à un couple! Vous dites ridicule?



# Faubourg Saint-Denis - écrit et réalisé par Tom Tykwer

Nathalie gueule, ferme la porte man. (mmmmh)

Sans doute le plus élaboré des segments du regroupement, il à d'ailleurs déjà été exploité indépendament sous le nom de True, il était en concours au festival de Berlin 2004. Dans tout les cas Nathalie Portman et Melchior Beslon y sont géniaux! Coup de gueule, histoire émouvante et pièce de théâtre sont au programme. La fin est un peu prévisible mais tellement belle qu'on ne peu que l'apprécier. Magnifique.



# Quartier Latin - écrit par Gena Rowlands, réalisé par Gérard Depardieu et Frédéric Auburtin
Deux fois plus de gégé.

Une comédie à la française avec des français dans un style français comme on sait faire depuis des années avec le comédien le plus français qui existe réalisé par lui même. C'est beau. N'empêche que comme la plupart de ces comédies, même si c'est toujours la même chose, sa fonctionne et c'est pas pire. Rien de bien nouveau sous les étoiles.



# 14e arrondissement - écrit et réalisé par Alexander Payne
L'amour des choses.

Sans doute la déclaration amoureuse la plus surprenante de Paris Je t'Aime mais la plus évidante pour clore le film. L'actrice joue très bien, elle est bien moins antipathique que dans le rôle de la mère de Maggie dans Million Dollar Baby en tout cas!



# Quartier des Enfants Rouges - écrit et réalisé par Olivier Assayas

Comment terminer ce merdié?

Ce segment est sensé recoler tous les morceaux, mais ne veut rien dire, les acteurs se mélangent et se perdent et nous perdent nous par la même occasion! Autant terminer sur le dernier court-métrage sans rien d'autre que sur un tel foutoir!

...

Publié dans Bobine 2006

Partager cet article
Repost0

Princesse - Anders Morgenthaler - 04/10/06

Publié le par UniqueMan

 Princesse

 Date de sortie : 04 Octobre 2006
 Réalisé par Anders Morgenthaler
 Avec Thure Lindhardt, Stine Fischer Christensen, Mira Hilli Moller Hallund...
 Film danois.
 Genre : Animation, Drame
Durée : 1h 30min.
Année de production : 2006

Titre original : Princess


Synopsis

A la mort de sa soeur, August, 32 ans, retourne chez lui après plusieurs années passées à l'étranger comme prêtre missionnaire. Sa soeur Christina, qui a connu son heure de gloire comme star du porno, est tombée dans la déchéance et vient de mourir d'une overdose de drogue. Elle a laissé sa fille de cinq ans, Mia, chez Karen, une prostituée. August va les voir, car il veut aller chercher la petite fille de sa soeur pour s'occuper d'elle.
Assombri par le chagrin et la mauvaise conscience, il décide de venger la mort de Christina...

 

Princesse - Anders Morgenthaler - 04/10/06

Chronique

 

Princesse une fable tragico-poético-trash !


Anders Morgenthaler semble être très en colère contre le monde de la pornographie et il nous le fait savoir ! Monsieur tape du poing et nous assomme d’un film rageur et ultra violent. L’histoire est simple mais sordide (voir synopsis). Le métrage mêle assez subtilement l’animation est 20% de film "réel" avec un soupçon de 3D. L'animation mélange les genres, elle est  principalement inspirée par le manga, surtout dans la manière de faire avec ses décors statiques ainsi que le personnage de Mia avec ces grands yeux. Il y’a quelques passages en 3D qui viennent se glisser succinctement dans les décors ou au détour d'une transition. La partie" film réel" quant à lui s’incruste parfois dans le viseur d’une caméra, ce mélange est très réussit. Graphiquement Princesse est un vrai régal visuel.

Une fois la projection terminée, on comprend mieux pourquoi il utilise tant l’animation car il était impossible de faire avec des acteurs ce qu’il fait subir à ces personnages animés ! Il n’est pas le premier à utiliser ce principe, souvenez-vous de la scène d’animation dans Kill Bill de Quentin Tarantino qui montre l’enfance ultra violente d’une des prochaines victimes de Uma Turman alias Black Mamba. Il doit d’ailleurs exister d’autre film qui utilise ce principe, Morgenthaler n’est pas spécialement un pionnier du genre mais il l’utilise à merveille.

Si l’on passe outre l’impressionnant visuel du film, que reste t-il ? Un film qui nous dit que le porno ce n'est pas bien et qu’il faut se venger soit même pour se sentir mieux dans sa peau ? Ce serai trop facile de l’interpréter ainsi. Le film creuse plus loin que ça. Il rejète le monde de la pornographie avec fracas mais aussi l’exploitation humaine, l’esclavagisme moderne ! Princesse est un film fait avec rage, par un réalisateur qui visiblement n’en pouvait plus et qui avait envie de l’exprimer. Il suffit d’écouter Morgenthaler « Participer dans un film porno peut avoir des conséquences fatales. Comment les hommes peuvent-ils se convaincre que c’est excitant ou s’allumer de désir ? Comment les hommes peuvent-ils rester assis à se branler quand on sait que les modèles de porno sont considérés pour le restant de leur vie comme des parias » Lors de ces entrevues le réalisateur s’enflamme, « L’érotique demande de la présence mais le porno exige une capacité d’abstraction. ».

Que penser quand dans un film un prêtre part dans une croisade vengeresse pour supprimer tous les souvenirs pornographiques laissés par sa sœur Christina pour protéger sa nièce ? Pourquoi avoir choisit un prêtre ? Princesse est-il un film moralisateur qui fait l'apologie de la vengeance? Même si sa cause paraît bonne, la vengeance est-il la solution ? Comment défendre ce film ? Princesse est une spirale infernale qui décent directement en enfer pour nous renvoyer en pleine figure qu’au lieu d’en arriver à cette absurdité il faut agir, il faut prévenir ! En phrase finale il pourrait y avoir marqué " il vaut mieux prévenir que guérir " mais laissons plutôt le réalisateur terminer lui-même :

« Je ne suis pas scandalisé. Je ne suis pas un puritain nouvelle mouture. Mais j’ai mes opinions, et je n’en peux plus de cette indifférence ‘libérée’ vis-à-vis de la "pornographisation" ». Une phrase qui résume son film.

Certes Morgenthaler n’y va pas par le dos de la cuillère et son film est un peu éparpillé par ses nombreuses directions, mais il nous livre un film "Coup de Poing" et très sincère. Un cinéaste de qualité est né, ce qui redonne un peu d'énergie au cinéma danois. Certains vont sûrement détester d'autre adorer car ce film est fort est assume ses opinions.



Petite précision, Princesse est un film « d’animation » pour adulte et qui contient des scènes cruelles d’une rare violence. Malgré son titre ce métrage n’est pas du tout conseillé aux enfants.

Princesse - Anders Morgenthaler - 04/10/06

Publié dans Bobine 2006

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4