Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Juin

Publié le par UniqueMan

 

http://images.allocine.fr/r_120_x/medias/nmedia/18/83/44/48/19732066.jpgX-Men - Le Commencement:

Moui, bon, c'est un bon blockbuster et finalement, ce nouveau film sur les X-Men est peut-être le plus intéressant de la saga. Le scénario n'est pas si mal, les effets sont cool et voilà. Ensemble, mangeons du pop corn au cinéma.

 

http://images.allocine.fr/r_120_x/medias/nmedia/18/82/56/25/19720797.jpgLimitless:

Belle surprise! L'affiche et pourtant très moche et le film n'a rien de très attirant. Loin d'être un bijou Limitless est tout de même véritablement divertissant, l'idée de départ (une drogue qui décuple les facultés intellectuelles) est plutôt sympa et très bien exploitée (un contre emploi bien senti), les effets visuels sont funs et globalement réussi. Bradley Cooper est bon et porte bien le film sur ses épaules alors que bizarrement De Niro semble patiner (le dernier échange entre les deux personnages est d'ailleurs assez amusant car Bradley se moque de la sénilité de Robert). L'aspect général du film est un peu trop commercial et too much à mon goût mais cela reste très agréable à regarder et j'ai apprécié.

 

http://images.allocine.fr/r_120_x/medias/nmedia/18/83/80/86/19709041.jpgThe Prodigies:

Visuellement époustouflant malgré quelques détails moins bien traités mais le parti pris visuel de l'ensemble du film fait digérer facilement les quelques "imperfections". Le scénario n'a rien de super innovant mais il est suffisamment bien traité pour plonger le spectateur dans l'univers de ce film d'animation français. Il est important de signaler que The Prodigies est un film sombre et dur à ne pas passer sous les yeux de vos enfants innocents, il est quand même question de meurtre, de viol, de tabassage en prison, d'un gamin qui tue ses deux parents.... et bon, aussi de super-pouvoirs. Ce film s'adresse donc aux vieux geek. Oui, je sais, c'est facile de dire ça. La 3D, elle, est très soft et euh... c'est pas dérangeant (donc plutôt bien faite) mais loin d'être indispensable. Après

http://images.allocine.fr/r_160_214/b_1_cfd7e1/medias/nmedia/18/84/54/82/19746172.jpg 

 

Balada Triste: 

Pour moi c'est LE film du moi de Juin, le film le plus fou, le plus fort et le plus chouette! Une poésie absurde, un mélange des genres, du rire, des larmes, une folle histoire d'amour et une parabole efficace et intelligente sur le régime Espagnol. Balada Triste est sans doute le meilleur film d'Alex de la Iglesia, en tout cas on y retrouve tout son génie délirant et fou du début  (Le jour de la Bète et Action Mutante) avec des qualités nouvelles sur la mise en scène (grâce à Crimes à Oxford?). L'image est superbe, les comédiens jouent juste, c'est vraiment poignant! La mise en scène est toujours furieusement bordélique mais admirablement jouissive. Alex de la Iglesia ne respecte pas les codes du "grand" cinéma et dynamite le tout! Véritablement réjouissant! Vive les punks... et les clowns!

 

http://images.allocine.fr/r_120_x/medias/nmedia/18/83/02/58/19734240.jpgTerritoires: Un petit film d'horreur franchy tourné à l'ouest (Canada je crois bien) qui raconte l'histoire d'un groupe de monsieur madame qui se font contrôler par des douaniers Américains et là, sa part en sucette survival dans une amosphère étrange qui navigue entre réalisme et bizarrement foireux. Le film est assez bancale et essaye de mélanger des genres sans vraiment creuser le scénario... Le côté survival tombe dans l'oublie, remplacé par une sorte d'enquête policière glauque ambiance Twin Peaks sous acide qui n'aboutira à pas grand chose. Dommage mais fascinant et réussi sur le fond!

 


http://images.allocine.fr/r_120_x/medias/nmedia/18/82/91/46/19720507.jpg 

Insidious: Efficace et plutôt flippant, Insidious est une sorte de mashup du film de fantôme car il utilise absolument tous les codes du genre: porte qui grince, bruit à l'étage, cri de bébé, des enfants bizarres qui courent dans l'appart', des sorcières, le diable, l'exorcisme / la possession, téléphone, maison hanté, apparitions brutales, miroir etc. Ce qui est fascinant c'est que tout ces trucs archi-épuisés marchent toujours car ils sont admirablement utilisés. La bande son elle aussi est impressionnante d'efficacité. Ce film n'est pas une révélation et la fin se barre trop en couille et perdra sans doute pas mal de spectateur, moi, c'est justement ce que j'ai aimé :D. Une agréable surprise, le réalisateur de Saw nous offre un film énergique et honnête.

 

Blitz: Ouais, vas-y Statham fait tout péter! Trop bon de la balle de film. Une sombre daube amusante.

 

Les Tuches: Une bien belle comédie vaseuse

 

When You're Strange: Superbe doc sur les Doors!

Publié dans Bobine 2011

Partager cet article
Repost0

Panorama BNF

Publié le par UniqueMan

PanoramaBibli webUn petit panoramique de la Bibliothèque François Mitterrand avec totoshop. (Paris - Juillet 2011)

Publié dans Photos

Partager cet article
Repost0

CUT - SERIE MANIA #02

Publié le par UniqueMan

L'émission CUT revient une nouvelle fois et dans une nouvelle formule... j'avais abandonné l'idée depuis l'été dernier, trouvant que finalement j'avais franchement pas grand chose à raconter sur les sorties ciné et maintenant, j'éspère pouvoir raconter pas grand chose mais avec un sujet différent à chaque fois et un véritable travail de reportage. Manque de bol, je me suis fait voler ma nouvelle caméra HD qui était super top ainsi que son micro bluetooth et du coup... tout est à refaire. Bordel de nouille de pompe à chien. Voici quand même le "pilote" de cette nouvelle version de CUT qui à pour sujet le Festival Série Mania, deuxième édition!

 

En vous souhaitant un agréable visionnage

 

 


Publié dans CUT

Partager cet article
Repost0

Mai

Publié le par UniqueMan

http://images.allocine.fr/r_120_x/medias/nmedia/18/83/22/48/19704053.jpg http://images.allocine.fr/r_120_x/medias/nmedia/18/78/60/34/19697027.jpg http://images.allocine.fr/r_120_x/medias/nmedia/18/73/62/60/19704945.jpg http://images.allocine.fr/r_120_x/medias/nmedia/18/83/75/75/19716675.jpg

 

Stone:

 

Priest:

 

The Tree Of Life:

 

Le Gamin au Vélo:

 

Play a Song for Me:

 

http://images.allocine.fr/r_120_x/medias/nmedia/18/83/61/24/19707609.jpg

Partager cet article
Repost0

Festival de Cannes à Paname - Journal de Bord - 03

Publié le par UniqueMan

cannesPANAMEIllu.jpg

Du 25 Mai au 5 Juin

 

 

Attention, ce festavil n’est pas un festival comme les autres. Il est purement imaginaire mais contient tout de même quelques fulgurances réelles en rapport avec le Festival de Cannes.

 

 

Vendredi 27 Mai:

Je suis définitivement perdu dans la programmation de la Quinzaine des réalisateurs et celle d’un certain regard. Je retourne le tout dans ma tête et je me dis : demain, sûr, je vais voir un truc ! Pour l’heure, je me retrouve face au néant contemplant dubitativement mes étagères de dvd. Je tourne en rond trois fois, suce un pingouin en plastique et jette un dé au hasard et me lance dans un visionnage successif de films poussifs.

 

Je débute ma croisade brouillonne avec Métal Hurlant (1981), un absurde et transgressif film d’animation narrant à travers différents sketches l’histoire de Loch-Nar, une lumineuse bouboule verte aux pouvoirs machiavéliques ! Parfois drôle et parfois chiant en passant de l’héroic-fantasy à la science-fiction avec une touche d’érotisme et n’oubliant jamais d’être subversif, Métal Hurlant est une œuvre étrange, aussi fulgurante qu’anarchique. Il faut savoir que Métal Hurlant au départ était un magazine français de bande dessinée pour adulte de science-fiction et qu’elle a participé à révéler un grand nombre de dessinateurs tels que Moebius, Druillet, Tardi, Bilal et bien d’autres. Comme souvent, quand une chose a du succès, les américains s’en emparent rapidement et créent à leur tour la revue « Heavy Metal » qui a donc inspiré le film éponyme de Gerald Potterton. Film qui aura une « suite » avec en 1999 Heavy Metal 2000 que je n’ai pas encore eu le loisir de visionner, je suis bien obligé de voir les choses dans l’ordre quand même ! Bref et donc ce film est plutôt cool même si le côté bordélique de la chose est assez perturbant ; mais son côté punk est jubilatoire. Le premier segment est sans doute celui que je préfère, ce côté futur crado dans un style trash de Blade Runner est fort réjouissant.

 

Pour continuer, j’ai un peu raclé les fonds de tiroirs. Je suis tombé sur une pub dans un magazine de ciné qui m’a intriguée. Oui, je suis faible ! C’est comme ça que je me suis retrouvé devant L’île, les naufragés de la terre perdue. Pourquoi est-ce que je me suis infligé ça ? Et surtout pourquoi j’ai regardé ce « film » jusqu’au bout ? Par curiosité et par espoir que le film s’améliore mais non. Rien, jamais, nada, peau de zob ! Déjà, pour annoncer la couleur, c’est une production française, le genre est « aventure / science-fiction » (enfin c’est ce qui est indiqué) et ça sort directement en dvd ! Alors déjà quand en France les films de genre qui dépassent le million d’euro de budget se comptent sur les doigts d’un moignon, imaginez le budget d’un direct-to-video ! Mais l’argent ne fait pas le moine comme disait ma cuillère en plastique hier à 15h tout en ajoutant « si il y a un bon scénario et une bonne mise en scène part rapport au budget accordé, il y a potentiellement un chef-d’œuvre ! ». Perspicace cette cuillère mais ici, malheureusement, rien de tout cela, les acteurs sont très mauvais et totalement oubliés par le metteur en scène. Certains visuels ne sont, contre toute attente, pas si ridicules mais très mal utilisés. Le scénario est vraiment foireux et d’un classique à faire mourir de vieillesse une baleine même si la comparaison ne paraît pas forcément évidente. Dommage, parce-que malgré tout, l’œuvre semble être sincère et avec un tout autre scénario le résultat pourrait être très chouette… mais du coup, ça serait un autre film. Pour finir avec ce machin, je résume en deux mots : Absolument dispensable !

 

Heureusement, j’ai décidé de me rattraper en comblant un manque dans ma culture cinéphilique. Citizen Kane ou Highlander. Je choisis bien entendu le deuxième et hurlant Princes Of The Universe de Queen. Oui, parfois, je ne suis pas sûr de faire les bons choix mais on s’en fou, Orson Welles n’a qu’à bien se tenir, la vengeance est un plat. Là, exactement maintenant, j’ai un doute sur moi même, mon existence absurde et je me dis que ce que j’écris n’a vraiment aucun sens. Mais comme souvent dans ces moments je m’exclame « mais bordel est ce que la vie elle même a vraiment un sens ?» et j’en reviens à mes moutons égarés. Je n’ai pas honte et j’assume, j’ai beaucoup regardé Highlander : la série mais je n’avais pas eu l’occasion de voir les films. Voilà, je répare cette « faute » aujourd’hui avec le premier opus. Premières réactions : «pwaaa» «oh, la vache !» «qu’est ce que c’est cheap» «Lambert est vraiment pathétique… et son rire ? Non ! Mais franchement !» pour terminer sur «c’est vraiment n’importe quoi quand même ! » Qu’est ce que c’est que ce méchant grotesque et caricatural avec un charisme d’huître dans le coma ? Qu’est ce que c’est que ce Christophe Lambert ricanant comme un abrutit qui semble même pas pouvoir tenir son épée à bout de bras ? Mais ne me dites rien, c’est un film des années 80 ? Bon, franchement c’est un peu la grosse déception, j’imaginais pas ça si foireux ! Je pense que ça a sans doute mal vieillit mais globalement c’est assez mauvais. Pour être sûr, je vais devoir regarder les quatre opus. Bon, après, ça reste tout de même une série B de très bonne facture et la classe de Sean Connery relève le niveau. Mais franchement, c’est dur. Je me couche dépité.

 

Demain, juré, je vais voir un film de la sélection Cannoise… mais demain, c’est demain.

Publié dans Festivals

Partager cet article
Repost0