Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

critique sur un film

Les Immortels - Tarsem Singh

Publié le par UniqueMan

http://images.allocine.fr/r_160_240/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/83/63/36/19844611.jpgPourquoi mais pourquoi j’ai eu l’idée d’aller voir ce film ? Il y a des jours où j’ai vraiment l’impression d’être un cinéphile masochiste ! Tarsem est, d’après les bruits de couloirs, un génie artistique, c’est aussi le pote de David Fincher et donc, il est forcément trop balaise ! Sauf que franchement son dernier film Les Immortels est complètement dégueulasse ! Il y a dans ce film les pires incrustations que j’ai eu l’occasion de voir au cinéma, les personnages deviennent à moitié transparents avec un fourmillement typique d’un effet foiré ! On voit presque l’arrière plan (un "beau" matte painting) à travers le torse d’un "dieu" ! Des imprimés sur des boucliers en bois se décollent et cela n’a visiblement pas empêché le monteur de le montrer 5 fois de suite ! Pourquoi faire des gros plans sur un casque alors qu’il est en bois peint à la bombe doré ? Coller des paillettes sur un arc décathlon pour en faire un arc divin, c’est crédible ça ? Le design des costumes est une jolie rigolade (du foutage de gueule !) et franchement, l’un des plus beaux craquages c’est avec le casque de Hypérion ? Sans déconner, ça ressemble à rien non ?

 

http://s.wat.fr/image/immortels-hyperion-attacks-vf_4hht9_1ujp7t.jpg

 

Le pire est que si c’était seulement les effets spéciaux et le design qui étaient foireux mais non ! Tout est comme ça ! Le montage est poussif, les transitions en fondus sont aussi lourdingues qu’inutiles et le tout est très désordonné ! Alors oui, il y a quelques séquences qui fonctionnent et certains visuels plutôt efficaces malgré tout mais sincèrement, je pense que tout ce foutoir est beaucoup trop surestimé ! Autant ce style graphique (super osé, il faut l’avouer) avait un intérêt sur le film 300, cela lui donnait un aspect proche de la bande dessinée et renforçait par la même occasion le côté débridé de la violence pour éviter de faire quelque chose d’atroce et gore. Bon après, vous allez me dire, ouais, la violence au cinéma, ça ne doit pas être montré comme "fun". Sur ce, je vous dis merde, ce n’est pas le sujet ! Et du coup, vous m’avez foiré la fin de ma critique. En plus, j’aime pas casser du film, parce-que j’ai beaucoup d’empathie avec les réalisateurs, mais là, je craque, ce film est nul de A à Z ! Quelques séances peuvent éventuellement servir de cinématique pour un jeu vidéo (sans doute chiant lui aussi) mais rien de plus ; ou éventuellement un clip pour Lady Gaga . Mais bref, sinon, par rapport au visuel, je voulais juste dire qu’ici, il n y a rien qui le justifie !

Franchement, Les Immortels de Tarsem Singh fait vraiment carton-pâte ! Un comble pour un budget 115 Millions de dollars ! Le pire, c’est que bientôt ce même réalisateur va nous servir une version de Blanche Neige qui s’annonce déjà tout aussi affreuse visuellement que Les Immortels ! Amis du bon goût, fuyez !

 

Ma note sentence : 0,5 fond vert sur 5

Publié dans Critique sur un film

Partager cet article
Repost0

Detention - Joseph Khan

Publié le par UniqueMan

http://images.allocine.fr/r_160_240/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/83/45/45/19691838.jpgLa première édition du PIFFF s’est clôturée énergiquement avec Detention de Joseph Khan , une avant première véloce en forme de feu d’artifice à la limite de la crise épileptique ! Dans ce film orchestré par le réalisateur de Torque, la route s’enflamme (sorte de Fast & Furious en moto ! ah quand même !) tout va très vite et tout va très fort ! Imaginez Scott Pilgrim de Edgar Wright mixé avec Kaboom de Gregg Araki avec l’ardeur des courts-métrages de Jan Kounen . Ajoutez à cela une pincé de Scream de Wes Craven , deux doigts des Lois de l’attraction de Roger Avary et un soupçon du foiré Ch@troom de Hideo Nakata et vous aurez vaguement une idée de ce qu’est Detention de Joseph Kahn  !

 

Le pire dans tout cela, c’est que le résultat est digeste ! Proche de l’écœurement certes, mais tellement bon ! Par exemple, une tartine de nutella c’est bon ? non ? Là, vous avez tout le pot avec la cuillère à soupe qui va avec, le bouchon et un bon de commande gratuit pour vous en faire livrer douze palettes ! Heureusement pour vous, le cinéma ne se regarde pas avec le foie. Detention est donc un beau gloubi-boulga de culture pop, geek et choc qui vous entraînera dans l’histoire fumeuse d’une adolescente paumée et suicidaire proche du nervous breakdown qui va devoir échapper à un tueur pas content et méchant. Le scénario qui sert simplement de trame de fond est celui d’un banal slasher. Mais la forme généreuse et totalement surexcité du métrage vous emportera complètement sans jamais vous laisser respirer.

 

A travers cet étalage d’esbroufe, Joseph Kahn nous livre une délicieuse allégorie du monde actuel et du rythme effréné dans lequel nous vivons survolté, toujours plus vite et toujours plus fort ! Un film qui baigne dans les "réseaux sociaux", les sms, mms, wifi, rss, flux trux et autres sigles nébuleux du web. Il mélange avec panache la fusion avec confusion dans un amalgame de méli-mélo métissé sans jamais se prendre au sérieux. L’influence d’une culture ultra pop est évidente, le film s’amuse à citer (ou non) ces références tout au long du récit en imposant au spectateur une attention à toute épreuve ! Il y a toujours une petite joke qui se cache dans un arrière plan flou, une réplique, un objet ou une musique !

 

http://www.dreadcentral.com/img/news/feb11/det1.jpg

 

Vous êtes donc maintenant prévenu ! Si vous avez du mal à écouter un remix, un mashup et que le pop-art vous débecte, vous allez souffrir ! Inversement, si vous êtes de la génération Lady Gaga (Bitch, remix et sms) ce film est fait pour vous ! Mieux encore si vous étiez au collège/lycée dans les années 90 vous aurez le recul nécessaire pour saisir la plupart des références et vous devriez sauter au plafond 27 fois par seconde pendant la projection ! Projection qui j’espère, aura lieu dans nos salles obscures franchouillardes rapidement ! Pour l’instant aucune date de sorte n’est annoncée !

 

Pour parler de "choses concrètes", le scénario ne va pas chercher bien loin mais le côté décomplexé et fun nous fait oublier ce détail (oui, aujourd’hui, un film peu être bon sans avoir de scénario !!!). L’image très propre (probablement numérique) avec ses couleurs détonantes colle parfaitement à l’ambiance presque pop-art du film. Les jeunes acteurs sont ultra agités mais ultra convaincants et le montage hyperactif est absolument brillant car il arrive à rendre limpide un récit dense et touffu ! En un mot : Brillant, étonnant et fou ! (Oui, je sais ça fait trois du coup mais j’essaye de faire comme le réalisateur, en mettre toujours plus même si il n’y a pas la place, ça passe quand même !)

Je vous le dit : Detention de Joseph Kahn est un putain de film ! Je lui donne une note de 4 boissons énergétiques sur 5 !

 

 

 

 

 

Critique écrite pour le site: Cinévenement.com

Publié dans Critique sur un film

Partager cet article
Repost0

L'Ordre et la morale - Mathieu Kassovitz

Publié le par UniqueMan

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/79/42/69/19821550.jpgLe réalisateur de La Haine et des Rivières Pourpres s’était embourbé chez nos amis de l’ouest avec le moyen Gothika et surtout l’improbable Babylon A.D. Une expérience visiblement douloureuse que vous pouvez voir dans le making-of pas très corporate « Fucking Kassovitz »(1), un document instructif assez proche d’un Lost In La Mancha de Terry Gilliam . Une expérience douloureuse mais qui a sûrement participer à faire de L’Ordre et la morale son film le plus abouti. Parce-que oui, ce dernier est une pure réussite autant sur la forme que sur le fond, même si le côté un soupçon manichéen est discutable. Les images sont fortes, le sujet aussi et la mise en scène sublime le tout. Kassovitz retrouve la rage qu’il avait dans La Haine en y ajoutant tout son savoir faire actuel et nous livre son Apocalypse Now à lui. Il ouvre enfin son point de vue en essayant de rester neutre sur ce fait divers sordide (l’affaire de la grotte d’Ouvéa), même si inévitablement il finit par tirer à boulets rouges sur les politiques et les militaires (à raison !). Le film raconte donc comment une prise d’otages (30 gendarmes retenus par un groupe d’indépendantiste Kanak) a basculé au drame à cause des dirigeants politiques de l’époque plus occupés à s’envoyer des fions en campagne électorale plutôt que de s’occuper concrètement des problèmes en cours.

 

La bande son est impressionnante ! Avec un tel sujet, il était aisé d’en faire des tonnes en ajoutant des violons sur les scènes dramatiques mais le film ne bascule jamais dans le pathos lourdingue et mélodramatique. La musique principalement interprétée par les Tambours du Bronx y est sans doute pour beaucoup. Les propos sont renforcés et le film y gagne en intensité. L’image elle aussi est sobre ! Les quelques plans séquences incroyables ne sont là que pour immerger encore plus le spectateur dans l’histoire. Tout ça est terriblement efficace et donne à certains passages une émotion puissante !

http://www.tajeunesse.com/images/2011/06/Lordre-et-la-Morale.jpg

Kassovitz qui dérange est donc de retour mais maintenant il bouleverse grâce à la qualité de sa mise en scène. Les références cinématographiques sont évidentes : Apocalypse Now (il y a même une scène ou le personnage regarde un ventilateur de plafond avec le bruit des hélicoptères), La Ligne Rouge ou encore Full Metal Jacket pour le côté absurde de la situation qui ne fait que dégénérer inexorablement. Il est peut-être prétentieux que de se frotter à ces 3 films de guerre cultes mais bon, comme nous disait ce cher Alexandre Astier en bonus dans un dvd de Kaamelott « Si on peut péter plus haut que son cul pourquoi se gêner ? ». Mathieu Kassovitz donne l’impression de donner tout ce qu’il a ! Une rage de filmer qu’il met au service d’une histoire et d’un peuple opprimé pendant des années. Il se donne par la même occasion le « bon » rôle (le principal) qui le représente assez bien dans sa démarche de réalisateur. Un homme qui essaye coûte que coûte de faire de son mieux pour arranger les choses mais à qui la situation échappe ; scénario qui ressemble étrangement à ce qu’il a vécu sur le tournage de Babylon A.D..

 

L’Ordre est la morale est une sorte de synthèse de la filmographie de son auteur avec son côté politiquement engagé, sa rage de filmer tout en exorcisant ses démons personnels. Un sujet fort et sensible traité frontalement qui évite de sombrer dans le mélodrame pleurnichard. Un film à voir !

Vous pouvez visionner un making-of de L’Ordre et la morale (2) juste ci-dessous. Ce document (passionnant) s’attarde plus sur la façon de faire le film que l’intrigue en elle même. Vous n’êtes donc pas obligé de voir L’Ordre et la morale avant mais personnellement je vous le conseille tout de même. Enjoy !

 

 (1) FUCKING KASSOVITZ


 
(2) MAKING-OF DE L'ORDRE ET LA MORALE

Publié dans Critique sur un film

Partager cet article
Repost0

The Silent House (La Casa Muda) - Gustavo Hernandez

Publié le par UniqueMan

http://miff.com.au/assets/2010films/109607/109607.jpg

 

Je ne vais pas y aller avec des détours de pincette, je me suis bien ennuyé face à ce film d’épouvante qui n’a provoqué chez moi pas la moindre vibration capillaire mais plutôt une envie pressante de voir s’afficher le générique de fin.

 

http://images.allocine.fr/r_160_214/b_1_cfd7e1/medias/nmedia/18/82/95/85/19652763.jpgAu delà de mes goûts personnels, je dois bien reconnaître certaines qualités à ce long métrage ! Tout d’abord photographique, car contrairement à une arnaque du même genre (Paranomal Activity) il y à un véritable effort sur la lumière. Certains plans sont même superbes, et la sensibilité du 5D est bien exploitée. Le scénario lui aussi possède une petite idée « sympa » qui redonne de l’intérêt à l’histoire. Les comédiens sont plutôt bons même si à force le personnage principal est un peu énervant !

The Silent House reprend les idées et les codes de ses prédécesseurs (Blair Witch, Rec, …) de manière assez grossière et pas forcément très efficace. L’utilisation de la musique par exemple est très étrange et le « style caméra embarquée » n’est pas du tout justifié ; il me semble même complétement gratuit. L’idée du film en plan séquence n’est pas non plus indispensable. Outre le défi technique, ce plan séquence aura au moins comme fonction de renforcer l’implication du spectateur en rendant « l’horreur » abrupte et instantanée car tout se déroule très vite.

 

 

 

En bref, ce film reste tout de même une belle petite performance pour les curieux d’images ou les réalisateurs en herbe. En dehors de ça, son rôle principal de film terrifiant est assez lourd à avaler bien que le scénario ne soit pas si con. Rien de bien neuf dans le monde du film d’épouvante mais si vous avez aimez Paranormal Activity, The Silent House vous est chaudement recommandé.

L’astuce du jour : Il y a une longue séquence (trop ?) après le générique de fin qui vous donnera une explication plus claire si jamais la finalité du scénario vous avait échappée !

 

 

Publié dans Critique sur un film

Partager cet article
Repost0

Blackaria - Christophe ROBIN et François GAILLARD - DTV 2010

Publié le par UniqueMan

BlackariaAfficheWebIl y a le cinéma bien propre sur lui, celui qui fait beaucoup d'argent avec beaucoup de budget et beaucoup d'effet spéciaux (pourquoi vous dites "ouais genre James Cameron" c'est bon, j'ai rien dit! on se calme) et il y a le cinéma qui tâche, celui fait avec les doigts des mains, celui qui va jusqu'au bout même si il n'a pas l'argent pour. Parce-que oui dans la vie, il y'a ceux qui ont des testicules plaquées or qui veulent jouer avec les derniers trucs technologiques et ceux qui ont juste des supers idées! Blackaria se classe plus volontiers dans cette deuxième catégorie.

C'est donc après cette affreuse introduction que je vais vous dire deux mots sur ce film que j'ai eu l'occasion de voir en salle à l'occasion d'une absurde séance (au cinéma Le Latina - Paris).

Le giallo vous dit quelque chose? Mais si, forcément un peu... non? Mario Bava par exemple? Lucio Fulci? Dario Argento? non vraiment rien? Des gants en cuir? des lames de rasoir dans les années 60's à 80's avec même quelques nichons qui traînent... Si rien de tout ça vous émoustille je ne pense pas que ce soit une bonne idée d'aller plus loin car Blackaria est un remix, un hommage, une ode aux Gialli !

Blackaria01Web

Je ne vais pas vous faire de blague et vous mentir sur la came, Blackaria est super cheap, super kitsch avec des acteurs assez loin des oscars et une réalisation difficile sur un montage hésitant! MAIS, parce-qu'heureusement il y a un "mais" malgré ce manque de moyen et d'éxpérience, Blackaria possède des moments fulgurants, principalement grâce à sa générosité dans la nudité, le gore et l'éclairage! Incroyable aussi dans son "concept" d'hommage aux gialli car tous, absolument tous les ingrédients qui faisaient les bonnes soupes de l'époque se retrouve à l'écran! C'est donc un méli-mélo d'enquête, de meurtres sauvages, de sorcière, de cul et de sang qu'on retrouve avec plaisir.

Blackaria2Web

DVDBLACKARIAWEBJe me dois de vous signaler que le DVD de Blackaria est disponible! Je ne suis pas spécialement là pour faire de la pub (je suis là pour quoi d'ailleurs?) mais ce n'est que trop rarement que des films vraiement indépendants arrivent à avoir une distribution!

Un film qui n'est pas à mettre entre toutes les mains mais les amateurs de Giallo devraient passer un bon moment! Personnellement, j'attends avec impatience ce que les réalisateurs arriveront à faire avec un peu plus de budget ! En tout cas, la chef-op mérite tous les honneurs du monde pour avoir donné à Blackaria son principal atout (une lumière fantastique bluffante!).

Juste ci dessous, je vous recommande de visionner le trailer qui est carrément dans le ton du film !

 

 

 

Publié dans Critique sur un film

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>