Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

festivals

Les Courts du Grand n°13

Publié le par UniqueMan

Première article sur Cinévenement.com, c'est trop la fête!
(poste en cours d'édition)
Rapport de Mission

http://collectifprod.net/wp-content/uploads/2011/02/cdg-f%C3%A9vrier-recto-zozo.jpgSamedi 25 Décembre 1923 – Nicaragua :

 

Un vent brûlant et sec souffle dans mon cou, la chaleur est accablante. Je m’écroule en distinguant au loin, une fine silhouette qui semble ressembler à un petit homme. Quelques instants plus tard, je me réveille, nous sommes le Vendredi 18 Février, il est 19h45 et la projection d’une sélection de courts métrages organisée par Collectif Prod va débuter.

Je ne sais pas s’il est judicieux de ma part d’entamer ce premier article par un hors sujet qui n’a aucun sens mais on s’en fou. La vie a-t-elle seulement un sens ?


Les Courts du Grand est un « festival permanent de courts métrages » avec rencontre des réalisateurs/producteurs et Cocktail offert à l’issue de la projection ! Il faut le reconnaître, c’est très alléchant, d’autant plus que le tarif est fort sympathique (5€ ou 3€ pour les membres du Collectif Prod).

 

Cette joyeuseté se déroule dans le cadre agréable du cinéma Grand Action (5 rue des écoles – 75005). La projection se débobine dans la salle panoramique Henri Langlois (223 places, écran 4x10m). Comme aujourd’hui les technologies peuvent être mélangées, vous avez le droit à des enchaînements de format (HD/SD numérique, super 16, 35mm) mais l’équipe technique assure car les transitions sont très douces et ne posent aucun problème ; ce qu’il est important de signaler, car c’est souvent la bête noire des soirées courts métrages.

Au programme de cette 13ème édition :

http://profile.ak.fbcdn.net/hprofile-ak-snc4/hs342.snc4/41569_105340818616_7724_n.jpgTous les hommes s’appellent Robert de Marc-Henri Boulier
Un chouette parabole assez simple, mais efficace dans sa réalisation et amusant grâce à ses détails.

 

Second Seuil de Loïc Nicoloff

Une drôle d’idée originale, des situations étranges à la limite de l’absurde et du surréalisme. Agréable et rafraîchissant.

 

La Théorie des Ensembles de Marc Hericher, Juliette Hamon Damourette et Jao-Eka, M’Changama
Un amusant film d’animation contre l’exclusion et la discrimination que vous pouvez visionner juste ici : La Théorie des Ensembles

Dans le Sang de Katia Jarjoura
Sans doute le film le plus PRO de cette sélection avec un talent indéniable pour la mise en scène d’un réalisme saisissant. Très beau film.

Terrains Glissants de François Vogel
Ce dernier est impressionnant de part sa technique et la chouettuosité (même si ça n’existe pas). ce court ma vraiment épaté. Sachez que François Vogel est un véritable dingue, il propose même un système pour voir la 3D sans lunette avec des électrodes collées sur les tempes pour faire cligner vos paupières ! (la « preuve » avec cette belle vidéo : 3D No Glasses)
Pour la peine je vous propose un petit voyage en vidéo dans son monde de création visuelle
Cuisine / Trois Petits Chats / Stretching / Tournis

 

http://www.formatcourt.com/wp-content/uploads/2011/02/terrains4-1024x576.jpg

En conclusion

Une très belle sélection de courts métrages car ils sont tous de qualité. Un lieu agréable et une projection techniquement exemplaire, un tarif abordable ! Une présentation amusante et le gros plus de cette séance est sans nul doute le « cocktail » de fin de projo qui vous permettra d’échanger quelques mots avec les réalisateurs.

 

Prochaine mission : en savoir plus sur Collectif Prod !

Publié dans Festivals

Partager cet article
Repost0

Paris Courts Devant - Coup de coeur, coup de gueule !

Publié le par UniqueMan

imagepoursite

Paris Courts Devant - Coup de coeur, coup de gueule !

 

Quand les courts métrages gonflés à bloque débarquent pour une opération séduction entre les jambes de la Tour Eiffel, cela donne Paris Courts Devant !

 

"Vouloir un film, en étant conscient de ces difficultés, est un acte fort." nous dit le site officiel ! A cela il faut quand même ajouter que la diffusion de ces mêmes films est aussi une bataille bien complexe! Alors merci à Courts Devant d'avancer avec les courts-métrages et de proposer aux public toutes ces oeuvres injustement reléguées au bas de l'échelle de la diffusion médiatique.

 

Ce soir c'était Coup de coeur, coup de gueule ! Une sélection de qualité de diverses propositions cinématographiques qui vont jusqu'au bout de leurs idées. Moteur, et action !

 

 


 

- Décollons les étiquettes

Tarik Seddak & Boris Dolivet (Eldiablo)

Pitch: Cinq amis se lancent dans un "jeu du post-it" aux relents racistes. L'ambiance se tend.

C'est dommage de commencer par ce court car c'est sans doute le plus classique et plat de la sélection. Tout est très bien fait. Mais c'est plus un "simple" spot contre le racisme bien fait qu'une véritable recherche de création. Efficace mais léger dans le fond et la forme.

 

- Mauvaise Graine

Bénédicte Pagnot

Pitch: Maxime n'est pas rentré chez ses parents. Après l'avoir trouvé zonant en ville, son père tente un rapprochement.

La réalisation est ici classique et sans fioriture et sert à 100% son propos. Un portrait amer d'une jeunesse en perdition? La finalité de court n'est pas spécialement hyper joyeuse. Personnellement, j'ai toujours un peu l'impression de voir un spot de prévention made in la télévision bien pensante.

 

- Pixels

Patrick Jean

Imaginez un film d'invasion de deux minutes trente cinq où les aliens seraient des créatures de pixel issuent de la planète 8-bits! Visuellement ce court est absolument hallucinant et les effets sont géniaux jusqu'au générique de fin. Attention, les space invaders rodent ! A voir absolument ! D'ailleurs, ça tombe bien, vous pouvez le voir juste dessous! (je vous recommande de jeter un oeil à Théo son précédent court directement sur son site)


- Danse Macabre

Pedro Pires

Sans doute le film le plus subversif, fascinant et forcément macabre de la sélection. Il est question ici d'une sorte de ballet post mortem interprété par un corps "vivant" ses derniers instants terrestres palpables. Un instant magique d'une beauté envoûtante tout est étant un soupçon sordide. La photo est tout simplement éblouissante de même que la mise en scène et la musique. Bouleversant !

 

- Omar

Sébastien Gabriel

Et paf et retombe dans le plus conventionnel mais néanmoins réussi. Il raconte l'histoire de deux adolescents amoureux l'un de l'autre qui vivent dans une cité. Pour vivre leur amour ils doivent se cacher. Le propos contre l'homophobie est claire et bien mis en scène. Réalisation, dialogues, scénario et mise en scène y sont ici irréprochables et d'une certaine qualité qu'il est agréable de voir. Personnellement, j'ai toujours un peu de mal avec ce genre de "spot" mais c'est très beaux et bien fait.

 

 - You're The Stranger Here

Tom Geens

Sans doute le plus fracassé de cette sélection tant le réalisateur semble avoir manger du David Lynch depuis sa naissance en mélangeant des bouts d'Eraserhead et de Twin Peaks dans un univers malsain ou un régime fasciste contrôle le monde et veut absolument éradiquer les gens ayant la "patte-folle". Étrange et torturé, un poétique court métrage pratiquant l'inceste et la baffe dans la gueule pour se divertir, le tout avec une belle image S-VHS. Réjouissant !

 

- Hubert, l'homme aux bonbons

Marie Paccou

Une histoire touchante d'un personnage hors du commun. Un homme qui cherchait l'amour? En tout cas, qui cherchait à faire plaisir aux autres à grand renfort de distributions de bonbon Magnificat ! Beau personnage. émouvant.

 

- Addition d'une addiction

Matthieu Mares-Savelli

Pitch: La responsable d'un groupe local d'alcooliques anonymes replonge dans de douloureux souvenirs aux cours d'une réunion hebdomadaire.

Dans un premier temps ce court semble nous resservir un énième film sur l'alcoolisme pour nous dire que et bien c'est mal. Mais vos préjugés seront abandonnés en chemin pour explorer une autre route. Narrativement inventif et moralement triste. Assurément un bon film ! Ci dessous en intégralité !

   

- Une Vie

Emmanuel Bellegarde

Un portrait émouvant d'un homme qui a vécu en marge de la société et en a subi les conséquences! Foutu monde conformiste.

 

- L'été

Lm Formentin

Pitch: Une plage de l'atlantique, à la fin de l'été: une femme, avec ses deux enfants s'installe non loin d'une homme seul et nu. Elle l'observe.

Techniquement très propre, l'image est très chouette, ce court fascine par son évasion et sa temporalité qui semble s'arrêter pour réaliser les "fantasmes" du personnage. Attention, la température monte. J'ai trouvé la fin un peu décevante, ça manque d'un petit brin de folie.

 

 

et.. kaboom! les lumières se rallument. Fichtre de grenouille gargouillante, j'en veux encore! Je suis globalement impressionné par la qualité des courts-métrages et je vais, si je le peux, m'incruster à la soirée de clôture! histoire d'en apprendre d'avantage, donc, à suivre...

 

DM 3

Publié dans Festivals

Partager cet article
Repost0

L'Etrange Festival - Paris 2010 - Journal de Bord - La Fin !

Publié le par UniqueMan

EtrangeFestivalParis2010

 

Le monde tourne et ne s'arrête même pas pour que j'ai le temps de vous raconter les derniers jours de l'Etrange Festival! Mais qu'elle est ce bordel sans nom? Depuis quand je ne peux plus contrôler l'espace temps? relou !

 

L'histoire qui suit s'est déroulée le Vendredi 10, Samedi 11 et Dimanche 12 Septembre 2010 !

 

affiche-a-serbian-film jpg 500x630 q95Vendredi, 20h03, le soleil décline gentillement tel un ours brun devant une pipe. Cette journée fut harassante, j'avais bien besoin de fraicheur et de liberté. Je me suis donc tout naturellement engouffré dans une champêtre bouche de métro pour rejoindre le calme pétulant de Châtelet les Halles, direction le Forum des Images pour voir l'un des films les plus poétiques qu'il ma été donné de visionner. Le bien nommé  A Serbian Film, poésie, que je vous propose d'éxplorer plus en détails en cliquant sur son nom.

 

Samedi matin, à l'aube, dans les environs de 15h30 je me demande si je vais voir Cargo un space-opéra Suisse qui m'intrigue beaucoup car j'ai déjà vu plusieurs fois ce nom programmé dans d'autres festivals et la comparaison avec Moon de Duncan Jones est plutôt flatteuse et alléchante! Il y'a aussi Rubber ! LE film avec LE pitch qui fait jouir les cinéphiles déviants car il raconte l'histoire d'un pneu serial killer et télépathe, le tout filmé avec un appareil photo et réalisé par Quentin Dupieux alias Mr Oizo déjà coupable du bien fracassé Steak avec Eric et Ramzy ! Mais le http://images.allocine.fr/r_160_214/b_1_cfd7e1/medias/nmedia/18/77/73/02/19446539.jpg"concept" du film Buried me clou sur place, un huit clos d'une heure trente dans un cercueil qui relate l'histoire d'un type enterré vivant essayant de s'en sortir ! !!

Là, je me dis que je peux voir les trois films car par rapport aux horaires c'est jouable! Je prends ma douche, appel un pote et pars à la Fête de l'Huma pour picoler devant Carvan Palace et Simple Minds tout en râlant comme un rebel sur le gouvernement.

 

Dimanche matin, à l'aube, 15h16, j'ai mal aux jambes et aux cheveux, qu'ai-je fais? "Ah, jesus" m'écriais-je! J'ai zappé ce festival étrange comme un gros cochon sans scrupules! Encore un coup de ces satanés communistes! Je libère mais chakras et me résonne. 9782756100869Oh grand maître du cinéma, pardonne-moi, j'ai pêché! Et paf, par un coup du sort, je me retrouve dans une petite salle obscure de 100 places devant La Vie à l'Envers, un film français de 1964 réalisé par Alain Jessua qui raconte l'histoire d'un employé d'une agence immobilière qui va petit à petit plongé dans la solitude et la folie douce! Un très beau film toujours d'actualité que je vous recommande chaudement!

 

Juste de temps de zoner dans les Halles tel un zombie de Romero et manger un MacDo cracra comme un cochon (car il est impossible de consommer ce substitut de nourriture d'une autre manière) et je plonge dans la grande salle du Forum des Images pour la cérémonie de clôture! Ici, il n'est pas question de strass, ni de paillettes avec tapis rouge et costard en queue de phoque, ce Festival est à une échelle bien plus humaine et principalement fait pour les spectateurs! Pour notre plus grand bonheur!

 

Quelques prix tout de même, le prix du jury pour le court-métrage All Flowers In Time de Jonathan Caouette qui est le seule court-métrage que j'ai vu qui ma laissé de marbre! Pourtant j'avais bien aimé Tarnation de ce même Caouette mais là, ce trip pseudo Lynchien super cheap et ennuyeux... ? Etrange décision, mais bon, les goûts et les couleurs vous savez bien, tout est très subjectif et puis "étrange" n'est-il pas le maître mot de ce festival?

 

http://images.allocine.fr/r_160_214/b_1_cfd7e1/medias/nmedia/18/72/18/31/19228266.jpgLe prix du public pour le court-métrage One Night, de Alexandra Schepisi qui brosse le portrait de plusieurs personnages féminins dans leur intimité un soir de fête nocturne. Plutôt sympa, souvent drôle et un soupçon long mais bien!

 

Et enfin LE prix de la compétition de long métrage qui gagne une diffusion sur Canal + c'est Buried, le fucking film concept que j'ai loupé! Bigre, foutre fichtre! Normalement il sort le 3 Novembre, cette fois-ci, j'y vais c'est sûr!

 

http://images.allocine.fr/r_160_214/b_1_cfd7e1/medias/nmedia/18/79/56/45/19509618.jpgLe clou de la soirée c'est bien sûr la projection de Monsters en avant première (il sort le 1 décembre)! Et franchement, je ne savais pas quoi en attendre les critiques qui parlaient d'une sorte de District 9 etc...  Je ne vais rien vous dévoiler sur ce film car c'est justement grâce à la surprise qu'il provoque que tout le charme opère, sachez simplement que de District 9 il ne reste que l'idée d'une vie extraterrestre et le style "documentaire" des images. Ce n'est pas un gros film d'action SF mais une histoire bien plus "humaine". Très beau film! (je reviendrai sans doute plus en détails sur ce film dans un futur plus ou moins proche).

 

Une brêve conclusion sur cet Etrange Festival ?

Une véritable belle surprise, ma première et sans doute pas ma dernière fois! La programmation est diverse et foutrement alléchante! L'accueil est chaleureux et les lieux sympathiques. Un petite découverte personnelle qui fait chaud au coeur dans la vie d'un cinéphile fondu d'image. La prochaine fois, n'y allez pas, courrez-y !

 

Allez, bonne toile !

Publié dans Festivals

Partager cet article
Repost0

L'Etrange Festival - Paris 2010 - Journal de Bord #05/06

Publié le par UniqueMan

EtrangeFestivalParis2010

 

L'Etrange journal de bord: Mecredi 08 et Jeudi 09 Septembre

 

Précipitation, renoncement, abandon.... difficile d'avoir le courage de plonger dans les salles obscures tous les soirs pour se prendre des images étranges dans la gueule après une journée de boulot!

 

Mercredi j'avais très envie de voir Lionel Soukaz Programme 1 "Archéologie" car je n'ai absolument aucune conaissance dans tous les documents filmiques présentés ici de même que ses deux autres programme d'ailleurs (sex and politics et collectif combats). Et vu que je suis plutôt curieux de nature et surtout en ce moment je ressens un besoin intense de découverte et de nouveau horizon. Malgré cela, mes forces m'abandonnent...

 

http://images.allocine.fr/r_160_214/b_1_cfd7e1/medias/nmedia/18/79/10/77/19490448.jpgJe trouve finalement quand même refuge au Publicis Cinéma qui diffuse Vampires, un faux-documentaire sur les vampires dans un style assez proche de C'est arrivé près de chez vous! Et qui malgré son affiche affreuse est étonnant et sympathique, la vision de ce film est assez agréable. Puis bon, c'est bélge et finit même chez nos amis des canadiens. Ce qui, je trouve ajoute beaucoup à l'effet comique de la chose. Sympa donc mais il manque à mon goût d'une petite touche de folie pour faire décoller le métrage qui est malheureusement assez plat et le ton, trop souvent monocorde.

 

http://images.allocine.fr/r_160_214/b_1_cfd7e1/medias/nmedia/18/73/27/75/19196957.jpgFinalement, je m'en sors bien parce-que même si cette projection n'était pas dans le cadre de L'Etrange Festival il était projeté pour la nuit Vampire samedi dernier avec Suck, un film que j'ai d'ailleurs également vu et qui est complètement z et pas très bien fait mais bien délirant avec des guests aussi inattendus que surprenants comme Iggy Pop, Moby ou Alice Cooper !!! Et pas pour un bout de figuration, ils ont vraiment des rôles! ahurissant ! C'est l'histoire d'un groupe de rock qui galère jusqu'au jour où la chanteuse du groupe va se transformer en vampire, dès lors, une toute autre aura va s'emparer du groupe. Etrange !

 

Le Jeudi c'est journée hommage à Tobe Hooper ! Tristement je travaille encore et toujours et ne peux donc pas assister à Massacre à la Tronçonneuse / Massacre dans un train fantôme et Eggshells! Ce dernier film étant ultra inédit, c'est le premier film du réalisateur et il n'a jamais vraiment eu de distribution. Mais décéption en est que plus grande.

 

Je perds en motivation et je sens que cette fin de festival risque d'être difficile malgré mon impatience de voir Monsters en avant-première pour la clôture.

 

Enjoy et à demain !

Publié dans Festivals

Partager cet article
Repost0

L'Etrange Festival - Paris 2010 - Journal de Bord #04

Publié le par UniqueMan

EtrangeFestivalParis2010

 

L'Etrange Journal de Bord: Mardi 07 Septembre

 

http://www.scifi-universe.com/upload/medias/bd/rammbock.jpgAujourd'hui c'est 1 seul film en dernière séance, pour la raison que j'ai évoqué dans mon premier journal, je bosse !

Donc pour ne pas déroger à la règle le choix du film est difficle. J'ai bien envie de voir The Delian Mode + Rammbock mais mallheureusement pour moi ce dernier est sous-titré en anglais et je ne préfère ne pas subire les foudres de mon ignorance dans la langue de shakespeare. Bien envie de voir aussi A l'ombre de la canaille bleues, un poème française de Pierre Clémenti mais je me retourne sur Nous sommes ce que nous sommes, un intriguant film méxicain !

 

Nous sommes ce que nous sommes de Jorge Michel Grau:

affiche bigSomos Lo Que Hay en VO est un film bien particulier ou plutôt assez hermétique qui laissera sur le carreau plus d'un spectateur. La grosse première moitié du métrage est un sombre portrait familiale dépeint avec lenteur et sens du cadre qui narre l'histoire d'un homme d'âge mûr qui meurt au beau milieu d'une rue laissant sa femme et ses trois enfants se débrouiller seuls dans la vie. La suite vire au drame horrifique un soupçon burlesque car cette famille se révèle être cannibale! Ils semblent enfermés dans un univers pathologique bien étrange qui d'ailleurs ne livrera que peu d'éxplication! L'oeuvre est donc relativement énigmatique et obscure. Et c'est d'autant plus difficile qu'il est ardu en tant que spectateur de s'identifier à un quelquonc personnage à cause de la froideur de l'ensemble du métrage. Malgré tout, il y'a des qualités indéniables sur l'image et la réalisation et je dois bien avouer que j'ai plutôt aimé. Faut-il y voir une métaphore sur l'abandon du père et une parabole sur le fait qu'il faut bouffer les autres pour s'en sortir dans notre société actuelle? le tout en étant aussi un petit hommage aux extravagantes série B mexicaine?

 

En tout cas il est complexe de ranger ce film dans une case, il aborde plusieurs genres avec plus ou moins de réussite mais je vous conseils de tenter la chose si vous en avez l'occasion car l'expérience est intéréssante!

 

Dernière remarque, la bande son est absolument captivante et ensorcelante ! 

 

Un film qui a definitivement bien sa place à L'Etrange Festival !

 

Voici le trailer, mais attention, c'est pratiquement tout le film en accéléré !


 

 

 

Enjoy et à demain !

Publié dans Festivals

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>