Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Loin de tout - Pascal Marc - Court-Métrage

Publié le par UniqueMan

http://idata.over-blog.com/0/21/78/00/Loin-de-tout---Affiche.jpg

 

Il y'a des heures, des jours, des moments pour regarder des courts métrages, celui-ci en fait partie. Vous allez sans doute râler en me disant que le temps est relatif et que ça n'a aucun rapport car vous pouvez tomber sur ce post à tout moment mais quand même! Effectivement, aucun rapport avec ce qui suit.

 

Loin de tout, un chouette court-métrage qui pitch ceci: "Parfois, il vaut mieux ne pas connaître ce qui se cache aux tréfonds de la forêt, loin de tout..." intriguant, étrange et fantastique? C'est exactement ça, il y'a une bien belle ambiance, une bien belle photo et plutôt une bien bonne idée! Très efficace dans son côté "film de genre" et les acteurs s'en sortent pas trop mal. Et c'est assez surprenant de retrouver Maelys Ricordeau dans un petit rôle! Hein, ce nom ne vous dit rien? Mais si, NerdZ, la série, sur nolife... Davy, Mr Poulpe tout ça quoi! Bref, en tout cas un beau petit métrage plutôt bien leché même si  la narration et le montage ne sont pas très adroit. Mais puré, visuellement, les ombres c'est quelque chose!

 

 

Publié dans Webdécouverte

Partager cet article
Repost0

L'Etrange Festival - Paris 2010 - Journal de Bord - La Fin !

Publié le par UniqueMan

EtrangeFestivalParis2010

 

Le monde tourne et ne s'arrête même pas pour que j'ai le temps de vous raconter les derniers jours de l'Etrange Festival! Mais qu'elle est ce bordel sans nom? Depuis quand je ne peux plus contrôler l'espace temps? relou !

 

L'histoire qui suit s'est déroulée le Vendredi 10, Samedi 11 et Dimanche 12 Septembre 2010 !

 

affiche-a-serbian-film jpg 500x630 q95Vendredi, 20h03, le soleil décline gentillement tel un ours brun devant une pipe. Cette journée fut harassante, j'avais bien besoin de fraicheur et de liberté. Je me suis donc tout naturellement engouffré dans une champêtre bouche de métro pour rejoindre le calme pétulant de Châtelet les Halles, direction le Forum des Images pour voir l'un des films les plus poétiques qu'il ma été donné de visionner. Le bien nommé  A Serbian Film, poésie, que je vous propose d'éxplorer plus en détails en cliquant sur son nom.

 

Samedi matin, à l'aube, dans les environs de 15h30 je me demande si je vais voir Cargo un space-opéra Suisse qui m'intrigue beaucoup car j'ai déjà vu plusieurs fois ce nom programmé dans d'autres festivals et la comparaison avec Moon de Duncan Jones est plutôt flatteuse et alléchante! Il y'a aussi Rubber ! LE film avec LE pitch qui fait jouir les cinéphiles déviants car il raconte l'histoire d'un pneu serial killer et télépathe, le tout filmé avec un appareil photo et réalisé par Quentin Dupieux alias Mr Oizo déjà coupable du bien fracassé Steak avec Eric et Ramzy ! Mais le http://images.allocine.fr/r_160_214/b_1_cfd7e1/medias/nmedia/18/77/73/02/19446539.jpg"concept" du film Buried me clou sur place, un huit clos d'une heure trente dans un cercueil qui relate l'histoire d'un type enterré vivant essayant de s'en sortir ! !!

Là, je me dis que je peux voir les trois films car par rapport aux horaires c'est jouable! Je prends ma douche, appel un pote et pars à la Fête de l'Huma pour picoler devant Carvan Palace et Simple Minds tout en râlant comme un rebel sur le gouvernement.

 

Dimanche matin, à l'aube, 15h16, j'ai mal aux jambes et aux cheveux, qu'ai-je fais? "Ah, jesus" m'écriais-je! J'ai zappé ce festival étrange comme un gros cochon sans scrupules! Encore un coup de ces satanés communistes! Je libère mais chakras et me résonne. 9782756100869Oh grand maître du cinéma, pardonne-moi, j'ai pêché! Et paf, par un coup du sort, je me retrouve dans une petite salle obscure de 100 places devant La Vie à l'Envers, un film français de 1964 réalisé par Alain Jessua qui raconte l'histoire d'un employé d'une agence immobilière qui va petit à petit plongé dans la solitude et la folie douce! Un très beau film toujours d'actualité que je vous recommande chaudement!

 

Juste de temps de zoner dans les Halles tel un zombie de Romero et manger un MacDo cracra comme un cochon (car il est impossible de consommer ce substitut de nourriture d'une autre manière) et je plonge dans la grande salle du Forum des Images pour la cérémonie de clôture! Ici, il n'est pas question de strass, ni de paillettes avec tapis rouge et costard en queue de phoque, ce Festival est à une échelle bien plus humaine et principalement fait pour les spectateurs! Pour notre plus grand bonheur!

 

Quelques prix tout de même, le prix du jury pour le court-métrage All Flowers In Time de Jonathan Caouette qui est le seule court-métrage que j'ai vu qui ma laissé de marbre! Pourtant j'avais bien aimé Tarnation de ce même Caouette mais là, ce trip pseudo Lynchien super cheap et ennuyeux... ? Etrange décision, mais bon, les goûts et les couleurs vous savez bien, tout est très subjectif et puis "étrange" n'est-il pas le maître mot de ce festival?

 

http://images.allocine.fr/r_160_214/b_1_cfd7e1/medias/nmedia/18/72/18/31/19228266.jpgLe prix du public pour le court-métrage One Night, de Alexandra Schepisi qui brosse le portrait de plusieurs personnages féminins dans leur intimité un soir de fête nocturne. Plutôt sympa, souvent drôle et un soupçon long mais bien!

 

Et enfin LE prix de la compétition de long métrage qui gagne une diffusion sur Canal + c'est Buried, le fucking film concept que j'ai loupé! Bigre, foutre fichtre! Normalement il sort le 3 Novembre, cette fois-ci, j'y vais c'est sûr!

 

http://images.allocine.fr/r_160_214/b_1_cfd7e1/medias/nmedia/18/79/56/45/19509618.jpgLe clou de la soirée c'est bien sûr la projection de Monsters en avant première (il sort le 1 décembre)! Et franchement, je ne savais pas quoi en attendre les critiques qui parlaient d'une sorte de District 9 etc...  Je ne vais rien vous dévoiler sur ce film car c'est justement grâce à la surprise qu'il provoque que tout le charme opère, sachez simplement que de District 9 il ne reste que l'idée d'une vie extraterrestre et le style "documentaire" des images. Ce n'est pas un gros film d'action SF mais une histoire bien plus "humaine". Très beau film! (je reviendrai sans doute plus en détails sur ce film dans un futur plus ou moins proche).

 

Une brêve conclusion sur cet Etrange Festival ?

Une véritable belle surprise, ma première et sans doute pas ma dernière fois! La programmation est diverse et foutrement alléchante! L'accueil est chaleureux et les lieux sympathiques. Un petite découverte personnelle qui fait chaud au coeur dans la vie d'un cinéphile fondu d'image. La prochaine fois, n'y allez pas, courrez-y !

 

Allez, bonne toile !

Publié dans Festivals

Partager cet article
Repost0

A Serbian Film, le Choc ! - Srdjan Spasojevic

Publié le par UniqueMan

A Serbian Film, LE film le plus glauque de l'histoire du cinéma, réussite ou supercherie?

Bonne question monsieur imaginaire! Je ne prétends pas avoir la science infuse ni le talent pour déchiffrer avec exactitude ce film mais voici mon avis...

Pour débuter voici l'élégant pitch:

C'est l'histoire d'une ex-star du porno qui galère financièrement dans la vie avec sa petite famille quand un beau jour, une ex-partenaire de jeu lui téléphone pour lui proposer un plan en or qui le sortirait de la galère! Sauf que ce "plan" se révèle être de tourner un film porno sans en avoir lu le scénario et en faisant exactement ce que le réalisateur lui demande. Le hic et que sur une scène de fornication, une fillette vient observer. Un gros malaise s'instale et ce n'est que le début des festivités!

A Serbian Film est clairement une oeuvre réactionnelle qui dégage une rage excessive et nous crache à la gueule toutes les pires saloperies que nous, petits êtres humains tout mignons sommes capables de faire. Des choses aussi tendres que la pédophilie, le viol, le meurtre ou autres réjouissances d'une extrème violence!

Vous aurez donc tout ce qu'il est possible de gerber comme dégueulasserie pendant 1h44! Que de bonheur en barre qui vous donnera envie d'aimer votre prochain à la sortie de la projection!

Nous pouvons donc s'interroger sur les raisons qui ont pousser le réalisateur Srdjan Spasojevic à faire un tel film! Choquer pour choquer ou vraiment faire passer un message? Pour moi il est évident qu'il ne faut pas prendre ce film à la légère et son analyse est d'ailleurs assez ardue car pour commencer c'est un film Serbe comme son nom l'indique et ne connaissant pas clairement les intentions de l'auteur cela devient assez obscure. Je viens donc de m'auto lapider en me bloquant tout seul dans mes explications! Où et comment se décrédibiliser aux yeux du monde et passer pour un gland en 3 leçons! acheter le bouquin je fais des réductions en ce moment en plus! Quoi?

Sans rentrer dans des détails de politique car je ne suis vraiment pas là pour ça (pourquoi je suis là déjà?) il me semble que la situation actuelle en Serbie n'est pas forcément dès plus limpide et même assez restrictive par rapport à la liberté d'éxpréssion. Une période post-conflit assez difficile qui serait donc à l'origine de cette réaction extrème! Le réalisateur voulant montrer toute la merde de la société actuelle en poussant la chose au maximum pour susciter le débat et ainsi faire passer son message!  Utilisant la pornographie comme image poétique pour nous dire que dans la vie "on se fait bien enculer, même les gentils" Après tout, certains ont déjà fait de même comme Pier Paolo Pasolini avec Salo ou les 120 journées de Sodome en 1976 dénonçant ainsi les horreurs provoquées par la guerre et la "castration" de la liberté sexuelle par la société de consommation et le capitalisme! Quelques années après en 1980 Ruggero Deodato avec son Cannibal Holocaust montre, à travers une boucherie cannibale, la violence extrème des médias et encore une fois notre société de consommation et son fabuleux systeme capitaliste. Plus récemment, dans une autre proportion, Michael Haneke dénonce la violence avec son Funny Games! Alors crier sa rage sur pellicule pour faire passer le message oui! Faut-il encore que ce soit vraiment l'intention de son auteur!

srpski film0

Et nous pouvons avoir quelques doutes en visionnant A Serbian Film qui "esthétise" parfois certaines scènes violentes jusqu'a pousser la surenchère tellement loin que cela en devient plus risiblement déviant qu'autre chose! Outre le malaise, des scènes improbables comme la sodomisation d'un bébé venant de naître ou une pénétration oculaire rageuse deviennent des performances grand-guignolesques!

La facture du film elle même est assez étrange car elle possède une évidente recherche sur l'image mais il reste un aspect cheap que l'on retrouve sur toute les séries B trashouilles et qui est souvent synonyme de travaux pas très aboutis. Comme si finalement A Serbian Film se voulait être simplement racoleur, ayant l'intention d'être le Cannibal Holocaust de son époque tout en se voulant une "touche d'auteur" en s'inspirant des films chocs cités plus haut pour laisser planner le doute sur ses intentions suscitant alors une avalanche de faux débats... et moi, je tombe dans la panneau car je reste vraiment perplexe! Je suis partagé par le message violent mais utile d'une société qui se barre en couille, si vous me permettez l'éxpréssion et un film voulant juste surfer sur la vague du scandale pour faire son beurre!

Si vous avez un avis sur la question, je suis curieux de le connaître!

Attention, si jamais vous voulez vous garder des surprises évitez la bande annonce ci-dessous qui en montre beaucoup! (pas de spoiler non plus, n'ayez crainte!)

Faites de beaux rêves !

PS: Un grand merci à l'Etrange Festival pour avoir passer ce film !

Publié dans Critique sur un film

Partager cet article
Repost0

L'Etrange Festival - Paris 2010 - Journal de Bord #05/06

Publié le par UniqueMan

EtrangeFestivalParis2010

 

L'Etrange journal de bord: Mecredi 08 et Jeudi 09 Septembre

 

Précipitation, renoncement, abandon.... difficile d'avoir le courage de plonger dans les salles obscures tous les soirs pour se prendre des images étranges dans la gueule après une journée de boulot!

 

Mercredi j'avais très envie de voir Lionel Soukaz Programme 1 "Archéologie" car je n'ai absolument aucune conaissance dans tous les documents filmiques présentés ici de même que ses deux autres programme d'ailleurs (sex and politics et collectif combats). Et vu que je suis plutôt curieux de nature et surtout en ce moment je ressens un besoin intense de découverte et de nouveau horizon. Malgré cela, mes forces m'abandonnent...

 

http://images.allocine.fr/r_160_214/b_1_cfd7e1/medias/nmedia/18/79/10/77/19490448.jpgJe trouve finalement quand même refuge au Publicis Cinéma qui diffuse Vampires, un faux-documentaire sur les vampires dans un style assez proche de C'est arrivé près de chez vous! Et qui malgré son affiche affreuse est étonnant et sympathique, la vision de ce film est assez agréable. Puis bon, c'est bélge et finit même chez nos amis des canadiens. Ce qui, je trouve ajoute beaucoup à l'effet comique de la chose. Sympa donc mais il manque à mon goût d'une petite touche de folie pour faire décoller le métrage qui est malheureusement assez plat et le ton, trop souvent monocorde.

 

http://images.allocine.fr/r_160_214/b_1_cfd7e1/medias/nmedia/18/73/27/75/19196957.jpgFinalement, je m'en sors bien parce-que même si cette projection n'était pas dans le cadre de L'Etrange Festival il était projeté pour la nuit Vampire samedi dernier avec Suck, un film que j'ai d'ailleurs également vu et qui est complètement z et pas très bien fait mais bien délirant avec des guests aussi inattendus que surprenants comme Iggy Pop, Moby ou Alice Cooper !!! Et pas pour un bout de figuration, ils ont vraiment des rôles! ahurissant ! C'est l'histoire d'un groupe de rock qui galère jusqu'au jour où la chanteuse du groupe va se transformer en vampire, dès lors, une toute autre aura va s'emparer du groupe. Etrange !

 

Le Jeudi c'est journée hommage à Tobe Hooper ! Tristement je travaille encore et toujours et ne peux donc pas assister à Massacre à la Tronçonneuse / Massacre dans un train fantôme et Eggshells! Ce dernier film étant ultra inédit, c'est le premier film du réalisateur et il n'a jamais vraiment eu de distribution. Mais décéption en est que plus grande.

 

Je perds en motivation et je sens que cette fin de festival risque d'être difficile malgré mon impatience de voir Monsters en avant-première pour la clôture.

 

Enjoy et à demain !

Publié dans Festivals

Partager cet article
Repost0

L'Etrange Festival - Paris 2010 - Journal de Bord #04

Publié le par UniqueMan

EtrangeFestivalParis2010

 

L'Etrange Journal de Bord: Mardi 07 Septembre

 

http://www.scifi-universe.com/upload/medias/bd/rammbock.jpgAujourd'hui c'est 1 seul film en dernière séance, pour la raison que j'ai évoqué dans mon premier journal, je bosse !

Donc pour ne pas déroger à la règle le choix du film est difficle. J'ai bien envie de voir The Delian Mode + Rammbock mais mallheureusement pour moi ce dernier est sous-titré en anglais et je ne préfère ne pas subire les foudres de mon ignorance dans la langue de shakespeare. Bien envie de voir aussi A l'ombre de la canaille bleues, un poème française de Pierre Clémenti mais je me retourne sur Nous sommes ce que nous sommes, un intriguant film méxicain !

 

Nous sommes ce que nous sommes de Jorge Michel Grau:

affiche bigSomos Lo Que Hay en VO est un film bien particulier ou plutôt assez hermétique qui laissera sur le carreau plus d'un spectateur. La grosse première moitié du métrage est un sombre portrait familiale dépeint avec lenteur et sens du cadre qui narre l'histoire d'un homme d'âge mûr qui meurt au beau milieu d'une rue laissant sa femme et ses trois enfants se débrouiller seuls dans la vie. La suite vire au drame horrifique un soupçon burlesque car cette famille se révèle être cannibale! Ils semblent enfermés dans un univers pathologique bien étrange qui d'ailleurs ne livrera que peu d'éxplication! L'oeuvre est donc relativement énigmatique et obscure. Et c'est d'autant plus difficile qu'il est ardu en tant que spectateur de s'identifier à un quelquonc personnage à cause de la froideur de l'ensemble du métrage. Malgré tout, il y'a des qualités indéniables sur l'image et la réalisation et je dois bien avouer que j'ai plutôt aimé. Faut-il y voir une métaphore sur l'abandon du père et une parabole sur le fait qu'il faut bouffer les autres pour s'en sortir dans notre société actuelle? le tout en étant aussi un petit hommage aux extravagantes série B mexicaine?

 

En tout cas il est complexe de ranger ce film dans une case, il aborde plusieurs genres avec plus ou moins de réussite mais je vous conseils de tenter la chose si vous en avez l'occasion car l'expérience est intéréssante!

 

Dernière remarque, la bande son est absolument captivante et ensorcelante ! 

 

Un film qui a definitivement bien sa place à L'Etrange Festival !

 

Voici le trailer, mais attention, c'est pratiquement tout le film en accéléré !


 

 

 

Enjoy et à demain !

Publié dans Festivals

Partager cet article
Repost0